BFM Business

Vers l'austérité salariale pour les fonctionnaires ?

-

- - -

Entre le maintien des effectifs des fonctionnaires et la hausse de leurs salaires, le gouvernement a semble-t-il tranché. Selon Les Échos, l'exécutif, qui souhaite maintenir les effectifs, s'apprêterait à limiter les dépenses salariales dans la fonction publique.

Les fonctionnaires vont devoir se serrer la ceinture, croit savoir le quotidien économique Les Echos publié lundi. Tout porte à croire en effet que le gouvernement s'apprête à limiter les dépenses salariales en direction des fonctionnaires. Le quotidien s’appuie sur les "lettres de cadrage" adressées aux ministères par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Ces lettres recommandent notamment de « stabiliser en valeur les dépenses de personnel », ce qui, souligne le quotidien « implique un tour de vis sur la rémunération des fonctionnaires ».
En clair, pas question d'ouvrir les vannes budgétaires pour les agents, dont la rémunération est basée, dans les trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière) sur un point d'indice auquel s'ajoutent des mesures individuelles et catégorielles. Mais chaque hausse de 1% du point d'indice augmente de 800 millions d'euros la masse salariale de l'Etat et de 1,8 milliard celle des administrations publiques, selon la Cour des comptes.

Le salaire des fonctionnaires, « principal enjeu budgétaire »

C’est pourquoi le précédent gouvernement avait gelé l'augmentation du point deux années de suite en 2011 et 2012.
Dans leur rapport rendu public lundi, les magistrats de la Cour rappellent que la masse salariale de la fonction publique (5,3 millions d'agents) constitue « le principal enjeu budgétaire » dans la mesure où elle représente 13,6% du produit intérieur brut (PIB), soit 260 milliards d'euros. Un vrai casse-tête pour le gouvernement, qui entend garder stables les effectifs de la fonction publique d'Etat, là où le précédent quinquennat a supprimé plus de 150.000 emplois en cinq ans via le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux. Faut-il dès lors continuer de geler les salaires des fonctionnaires ?

« Beaucoup de fonctionnaires payés au Smic »

« Oui », répond Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation IFRAP (Institut Français pour la Recherche sur les Administrations Publiques) : « A l’Ifrap, nous sommes pour un gel total du point d'indice mais aussi de l'avancement, qui permettrait pendant, disons 2 ans, de réaliser pas mal d'économies. Ça pourrait représenter entre 2 et 3 milliards d'euros pour les 3 fonctions publiques (d'Etat, territoriale et hospitalière, NDLR), ce qui n'est pas négligeable dans la situation dans laquelle est la France aujourd'hui ».
« Il y a beaucoup de fonctionnaires, près d'un million, qui sont payés au niveau du Smic, rappelle Christian Grolier, secrétaire national de la Fédération Générale des fonctionnaires de Force Ouvrière. Comme tout le monde ils méritent d'être payés un peu mieux. On les surcharge de travail depuis des années en ne remplaçant pas les départs à la retraite de leurs collègues. Le changement (NDLR : slogan de François Hollande durant la campagne présidentielle) c'était quelque chose qui devait être positif pour nous, et là, on a l'impression de se retrouver dans le quinquennat précédent ».

La Rédaction avec Céline Martelet