BFM Business

Vacances : les Français « accros » au travail ?

-

- - -

Selon une étude OpinionWay, un quart des Français reconnaît travailler pendant leurs congés. Par choix, mais souvent par obligation. « Impossible de couper ! », reconnaît un de ces « accros ».

« C’est impossible de couper, on a le Blackberry qui nous suit, et les projets avec ! », raconte Edouard Rondepierre. Et selon une étude OpinionWay, ce chef de projet dans le secteur bancaire ne serait pas le seul à travailler pendant les vacances. Un quart des Français reconnait travailler pendant ses congés. Les deux tiers de ces "accros" au travail avouent consulter leurs emails au moins une fois par jour. Une façon de se rassurer pour un tiers de ces salariés. « Je préfère résoudre les problèmes tant qu’ils ne sont pas devenus trop incontrôlables, explique Edouard Rondepierre. Plutôt que de me retrouver à la rentrée avec des problèmes trop lourds à traiter ».

« La norme, c’est la réactivité »

Et garder un œil sur son boulot est devenu généralisé. « Tout le monde a une nécessité de garder un œil sur les mails pendant les vacances, estime Paolo Zanier, consultant en informatique. En fait, il y a quand même une pratique d’ensemble : nos clients font la même chose, donc on est dans un système où la norme c’est de garder une réactivité, même pendant des périodes de congé. On peut après avoir la chance d’avoir des entreprises qui vraiment font des temps morts pendant les vacances. On retrouve ça davantage dans l’industrie, les usines, mais quand on travaille dans l’informatique c’est rare de voir une vraie période de gel pendant les vacances ».

« La hantise de perdre son job »

Un choix, mais aussi une obligation pour Jean-Claude Degènes, directeur général du cabinet Technologia. « Les salariés ont intégré une dimension qui est celle de la précarité du pays, explique-t-il. Vous avez aujourd’hui une situation avec un chômage qui est en progression. Il y a une hantise de perdre son job. Il y a aussi le fait que les nouvelles technologies permettent cela. Il y a une intensification du travail et donc un débordement quasiment naturel vers la sphère privée qui est permis par les nouvelles technologies ».
Certains ont trouvé la parade, comme Laurent Gocelin, consultant dans le secteur de l’énergie : « Là je pars à l’étranger, donc je laisse à la maison ordinateur et téléphone portable. Aucun moyen de communication avec le boulot ! » Il évitera ainsi les conflits, puisqu'un tiers des salariés avoue s'être déjà disputé avec leurs proches parce qu'ils travaillaient pendant leurs congés.

La Rédaction, avec Sandrine Serais