BFM Business

Une "loi Florange" contre la fermeture des sites rentables

François Hollande au milieu des ouvriers de Florange, le 24 février 2012.

François Hollande au milieu des ouvriers de Florange, le 24 février 2012. - -

Alain Vidalies, le ministre des Relations avec le Parlement, a annoncé ce mercredi que le gouvernement avait donné son accord pour une loi dite "Florange". Elle obligera les sites rentables voués à la fermeture à être cédés.

Une loi "Florange" va bien voir le jour. Le gouvernement a, en effet, donné son feu vert à une proposition de loi PS sur les sites rentables promis à la fermeture, a indiqué à l'AFP Alain Vidalies, le ministre chargé des Relations au Parlement. "Le gouvernement a donné son accord à la proposition de loi dite "Florange", a-t-il affirmé en sortant de la réunion de groupe des députés PS. 

Promesse de François Hollande, une telle loi avait déjà été proposée à l’Assemblée nationale par…lui-même, le 27 février 2012. Alors en précampagne, celui qui n’était encore que simple député PS avait voulu marquer par ce geste sa réaction par rapport au dossier de l’aciérie de Florange, devenu par la suite un véritable feuilleton.

Un échange de bons procédés entre le gouvernement et sa majorité

La réunion de groupe des députés PS s'est déroulée mardi 15 janvier en présence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et du ministre de l'Emploi, Michel Sapin. Elle a notamment porté sur l'accord syndicats-patronat sur l'emploi conclu vendredi dernier. Un accord auquel tiennent particulièrement les membres du gouvernement, au contraire de certains parlementaires socialistes, qui voudraient le modifier.

Il est donc possible que l'accord sur la loi "Florange", également voulue par les députés PS, ait été "échangé" contre un statu quo à propos de l'accord syndical.

Yann Duvert