BFM Business

Un salarié sur quatre sera frappé par un accident du travail au cours de sa carrière

L'accident du travail le plus fréquent est provoqué par une chute, avec 28% des cas.

L'accident du travail le plus fréquent est provoqué par une chute, avec 28% des cas. - Succo - CC

Certaines professions sont plus exposées que d'autres, comme les ouvriers du bâtiment, du transport et les agriculteurs. Au total, 4% des accidentés n’ont pas retravaillé après leur accident, selon une note de l'Insee.

Les accidents du travail cela n'arrive pas qu'aux autres. C'est même assez fréquent: 26% des personnes ont eu au moins un accident au travail qui a entraîné une blessure, selon une note de l'Insee publiée ce jeudi.

Evidemment, toutes les professions ne sont pas exposées de la même manière. Les cadres sont relativement épargnés, avec un taux de 16%, alors que celui-ci est plus de deux fois plus élevé chez les ouvriers (40%). Chez ces derniers, ceux travaillant dans le bâtiment sont les plus exposés aux blessures, puisqu'ils sont 42% à avoir été accidenté, suivi par ceux travaillant dans le transport (34%), l'agriculture (32%) et enfin l'industrie (31%). 

A l'opposé, travailler dans les services financiers (13%) et dans l'information communication (14%) est relativement sûre, avec respectivement un taux de 13% et de 14% d'accidents.

La chute, le scénario le plus fréquent d'accident

Mais même si l'on n'a pas à manier d'objets tranchants ou de produits dangereux, il suffit d'un rien pour qu'un accident arrive. Le scénario le plus fréquent est la chute, qui correspond à 28% des cas. Dans 18% des cas, cette chute a lieu de plain-pied. Ce scénario est la principale cause d'accident chez les cadres, qui concerne un quart des cas. Les chutes de hauteur représentent donc 10% des accidents, mais les agriculteurs sont particulièrement exposés avec 19% des cas ainsi que les ouvriers du bâtiment (21%).

Puis viennent les accidents liés à l'utilisation de machines et d'outils (22%) et lors de la manipulation de charge ou d'un effort excessif (17%). Les accidents de la route (hors trajet domicile-travail) constituent 9% des accidents, mais chez les cadres, notamment les commerciaux, le taux est de 13%.

Des conséquences sur le long terme

Il n'est pas toujours facile de se remettre d'un accident. Un quart des personnes qui ont connu cet épisode malheureux dans leur carrière estiment qu'ils en subissent encore les conséquences en se trouvant limités dans leurs activités quotidiennes. 8% déclarent être limités de manière considérable.

Les ouvriers signalent deux fois plus souvent que les cadres et les professions intermédiaires être "considérablement" gênés dans leur quotidien (10 %, contre 5 %).

Neuf personnes sur dix ont repris ou poursuivie leur activité après l'accident, mais pour certains, cela a marqué un changement : 5% ont changé de poste de travail, 3% ont diminué leur temps de travail, et 4% ont réduit leur charge de travail.

Pour 4% des sondés, cet accident a laissé des stigmates au point de conduire à l'arrêt de leur vie professionnelle. Ce scénario est plus fréquent chez les plus de 55 ans : 15% des victimes n’ont jamais retravaillé ou ne pensent pas pouvoir le faire

C.C.