BFM Business

80% des travailleurs ont déjà eu mal au dos, et ça coûte cher à l'Assurance Maladie

En 2017, la lombalgie a provoqué la perte de 12,2 millions de journées de travail. L'Assurance Maladie lance une campagne d'information pour sensibiliser les entreprises à ce mal trop répandu et développer la prévention.

La lombalgie concerne tout le monde ou presque: quatre actifs sur cinq ont déjà eu mal au dos pendant ou après leur travail. Si des secteurs comme le service à la personne, le BTP et le commerce sont les plus frappés, aucun travailleur n'a la certitude de pouvoir y échapper, y compris ceux qui passent leur journée assis.

Or ce mal a un coût pour l'Assurance Maladie : en 2017, la lombalgie liée au travail a entraîné la perte de 12,2 millions de journées de travail, soit 57000 équivalent temps plein, et un coût direct de 1 milliard d'euros pour les entreprises.

L'Assurance Maladie déplore de constater au fil des ans que cette pathologie ne régresse pas, contrairement aux accidents du travail. Elle lance donc une nouvelle campagne d'informations qui vise aussi bien les salariés que les entreprises sous le slogan "Faites du bien à votre entreprise, agissez contre le mal de dos".

De multiples causes

"Le mal de dos est multifactoriel, cela concerne à la fois une exposition professionnelle, des prédispositions personnelles, une avancée en âge. Cela peut aussi être le marqueur d'un mal être au au travail avec un salarié qui subit trop de stress et fait des tâches monotones", met en avant Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de l'Assurance Maladie.

L'Assurance Maladie souhaite que les employeurs prennent plus au sérieux cette pathologie en misant sur la prévention. "Quand les entreprises agissent, elles le font en achetant du matériel pour soulager certaines tâches. Mais elles ne se penchent par sur l'organisation du travail, alors qu'elles pourraient repenser certains rythmes de travail, en proposant l'alternance des postes", regrette Marine Jeantet.

-
- © -

Cette campagne d'informations vise donc à sensibiliser les employeurs sur la prévention des risques mais aussi sur le volet de la prise en charge des salariés atteints de mal de dos. L'Assurance Maladie a aussi une démarche active au travers de l'action TMS pro qui a accompagné l'année dernière près de 8000 entreprises. Des spécialistes identifient les problèmes de troubles musculo-squelettiques et de lombalgies, évaluent si certains postes sont plus touchés, pour ensuite agir. Et cela passe par une consultation des salariés. "Le simple fait de s'occuper des salariés aide dans la résolution du problème, le mal de dos est souvent un facteur de somatisation d'un mal être. Et en les interrogeant cela permet de renouer le dialogue social", met en avant la directrice des risques professionnels de l'Assurance Maladie.

Les actions dans ce sens vont pouvoir être renforcées grâce à une augmentation des fonds alloués. La Convention Objectif et Gestion (COG) passée entre l'Etat et la Cnam pour la période 2018-2002 vient de voir son budget doubler, pour passer à 100 millions d'euros, dont une partie importante sera affectée à la prévention.

Coralie Cathelinais