BFM Business

Travaux aux frais de la CGT: la pression monte sur Thierry Lepaon

Thierry Lepaon est mis en cause pour avoir fait faire des travaux dans son appartement de fonction aux frais de la CGT.

Thierry Lepaon est mis en cause pour avoir fait faire des travaux dans son appartement de fonction aux frais de la CGT. - Bertrand Guay - AFP

Le numéro un de la CGT, mis en cause pour avoir effectué des travaux dans son appartement aux frais de l'organisation syndicale, voit sa légitimité s'effriter un peu plus.

Thierry Lepaon est-il victime d’une tentative de déstabilisation? Mercredi, les réactions ont abreuvé médias et réseaux sociaux après que le Canard Enchaîné eut dévoilé le coût pour la centrale des travaux de son appartement de 120m²: 130.000 euros, contre un devis initial encore plus élevé (150.000 euros). Le numéro un de la CGT aurait renoncé à quelques dépenses comme l'installation d'un home cinéma ou d'une cave à vins. Le loyer de cet appartement, situé le long du bois de Vincennes, près de Paris, serait de 2.000 euros, selon l’hebdomadaire. Ce qui a amené la CGT à lancer une enquête interne, "car il s'agit vraisemblablement d'un document qui a été dérobé à l'intérieur de nos services", a déclaré Eric Lafont, son trésorier, faisant référence au devis des travaux.

Une gestion contestée

Les révélations sur ces coûteux travaux interviennent à un moment où la légitimité de Thierry Lepaon est de plus en plus remise en cause. Contesté en interne, celui-ci est également dans le collimateur du gouvernement qui voit en lui un interlocuteur aux positions très aléatoires.

Son accession au poste de secrétaire général, initiée par son prédécesseur Bernard Thibault -au détriment d’Eric Aubin, préféré par la base- n’a jamais vraiment été digérée. Et sa gestion depuis son élection a parfois suscité quelques grincements de dents, comme lors de la grève controversée à la SNCF en juin dernier. Thierry Lepaon avait alors reconnu que les dirigeants de la confédération syndicale avaient été "bousculés" par la base. Cette dernière, partisane d’une ligne jusqu’au-boutiste, avait assez peu gouté le manque d’entrain dont avait fait preuve son leader pour défendre ses positions.

Valls n'épargne pas Lepaon

Un spécialiste des relations sociales, cité par l'AFP, pointe également le manque de "charisme" du dirigeant. En outre, le rôle de Thierry Lepaon, qui s'était fait connaître dans la lutte des salariés de Moulinex en 2001, ferait l'objet d'interrogations de la part de certains membres de la CGT. Ils l'accusent en effet de n'avoir finalement que très peu soutenu le mouvement social à l'époque.

Enfin, du côté du gouvernement, on ne verrait pas d’un mauvais œil son remplacement à la tête de la CGT. L’exécutif souhaiterait en effet faire face à un interlocuteur fiable et maître de ses troupes. Le Premier ministre Manuel Valls n’a d’ailleurs pas épargné le dirigeant mercredi sur RTL, prônant "l'exemplarité à tous les niveaux" surtout quand le pays traverse une "telle crise économique". "Je ne veux pas accabler un homme qui, je crois, n'a pas eu encore l'occasion de s'exprimer et de répondre directement. A lui de s'expliquer", a-t-il indiqué.

Y.D.