BFM Business

Travail de nuit: pourquoi les affaires Monoprix et Sephora ne se comparent pas

Montage photo BFM Business

Montage photo BFM Business - -

Oui, Monoprix et Sephora sont tous deux condamnés à fermer leurs portes à 21 heures. Mais non, les deux enseignes de distribution ne mènent pas le même combat. Voici pourquoi.

La CGT contraint Monoprix à fermer ses magasins à 21h00. Le syndicat a refusé de signer un nouvel accord négocié sur le travail le soir, a annoncé la direction le 1er octobre. Dernier épisode en date de la polémique sur le travail de nuit, mais pour Monoprix, la problématique diffère quelque peu de celle de Sephora.

Pour le distributeur de cosmétique, c'est un bras de fer judiciaire avec l'intersyndicale du commerce, extérieur à l'entreprise, qui le contraint à fermer ses portes à 21h00. Et ce, contre l'avis de la direction et même des salariés.

Syndicat extérieur contre syndicat maison majoritaire

Pour Monoprix en revanche, c'est un syndicat maison, la CGT, majoritaire, qui a usé de son droit d'opposition pour bloquer le nouvel accord. Ce dernier a pourtant été signé par les trois autres syndicats, et prévoyait des majorations de 25 à 35 % de salaire pour le travail en soirée.

Si les conséquences sont les mêmes -la fermeture à 21h00 et une atteinte à la liberté du commerce réclamée par les enseignes-, pour Monoprix, il s'agit bien de négociations internes qui ont échoué, ou du moins qui n'ont pas donné le résultat attendu par le groupe. L'enseigne de distribution a décidé de se pourvoir en cassation.

Hélène Cornet