BFM Business

STX: grève contre un accord de compétitivité

Les chantiers navals STX tentent de gagner une commande auprès du croisiériste italien MSC Croisières.

Les chantiers navals STX tentent de gagner une commande auprès du croisiériste italien MSC Croisières. - -

Entre 500 et 600 ouvriers ont débrayé une heure, ce mercredi 18 décembre, pour protester contre un accord de compétitivité que la direction aurait négocié pour remporter une commande auprès de MSC croisière.

Les ouvriers des chantiers navals STX grondent. Ce mercredi 18 décembre, ils étaient entre 500 et 600 à avoir débrayé une heure pour protester contre un accord de compétitivité que la direction aurait négocié dans le but de remporter une commande de la société italienne MSC Croisières.

Cette commande porterait pour 2,4 milliards d'euros sur deux paquebots géants, avec une option pour deux navires supplémentaires, mais elle se heurterait à un problème de prix, a déclaré Erminio Eschena, directeur général de MSC Croisières, dans un entretien au Figaro daté du mardi 17 décembre.

"Gagner 5% de compétitivité"

"L'accord de compétitivité négocié avec les syndicats porte sur une modification du coût du travail pour gagner 5% de compétitivité", a déclaré à Reuters un porte-parole de la direction.

Il a précisé que le devis présenté par STX France pour la commande de MSC était de 30 millions d'euros supérieur à ce que souhaitait le croisiériste. Or, deux des principaux concurrents de Saint-Nazaire, les chantiers italiens Fincantieri et allemands Meyerwerft, auraient fait des offres plus intéressantes pour les deux paquebots.

De leur côté, les syndicats FO et la CGT dénoncent un "chantage à la commande" de la direction, qui souhaiterait allonger le temps de travail sans accorder de rémunération supplémentaire.

J.M.