BFM Business

Sodexo: le ministère du Travail valide le licenciement d’un délégué CGT

Le ministère du Travail, rue de Grenelle à Paris.

Le ministère du Travail, rue de Grenelle à Paris. - Damien Meyer - AFP

Contre l’avis de l’inspection du travail, les services de Myriam El Khomri ont autorisé le licenciement d’un employé du groupe Sodexo, qui avait refusé de cesser un mouvement de grève.

Au moment où le droit du travail fait l’objet de nombreux débats, l’affaire pourrait faire tâche. Un délégué CGT de l’entreprise Sodexo a en effet eu la désagréable surprise d’être licencié pour faute lourde après un mouvement de grève, révèle Mediapart. Le tout avec la bénédiction du ministère du Travail.

En novembre dernier, ce chauffeur-livreur avait, en compagnie de ses collègues, entamé une grève pour protester contre les conditions de travail au sein de l’entreprise. Quelques jours et un accord de fin de conflit plus tard, tous les salariés s’étaient remis au travail. Ou presque: 19 d’entre eux, pas vraiment satisfaits de l’issue des négociations avec la direction, avaient décidé de poursuivre le mouvement. Avec autant de licenciements à la clé.

Une "décision politique"

Deux mois plus tard, 11 employés trouvaient un accord avec les ressources humaines de Sodexo et étaient réintégrés, en échange de l’abandon des poursuites engagées contre le groupe. Sept autres ont de leur côté préféré quitter l’entreprise, moyennant finances.

Restait le cas d’un dernier salarié récalcitrant, qui avait refusé les précédents accords avec la direction. Licencié pour faute lourde, soit sans aucune indemnité, celui-ci avait sollicité sa réintégration. Et avait été appuyé dans sa démarche par l’inspection du travail, celle-ci exigeant l’annulation de son licenciement. Mais cette décision vient d’être cassée par le ministère du Travail qui estime notamment que le délégué syndical "a joué un rôle d’incitation sur ses collègues grévistes", indique Mediapart.

L’avocat du salarié, lui, dénonce une "décision politique". "La ministre du Travail donne raison à Sodexo qui n’est pas la SARL du coin mais le premier employeur privé de France et elle sanctionne ainsi la CGT à la pointe de la lutte contre la loi sur le travail avec laquelle elle est en délicatesse", déclare-t-il ainsi au site d’investigation.

Y.D.