BFM Business

Salaires: entre les hommes et les femmes, l'écart croît avec l'ancienneté

Chez les moins de 30 ans, l'écart de salaire entre les hommes et les femmes sélève à 4,2%. Il va augmenter au fil des ans.

Chez les moins de 30 ans, l'écart de salaire entre les hommes et les femmes sélève à 4,2%. Il va augmenter au fil des ans. - Robyn Beck - AFP

Chez les cadres, les différences de salaires entre les hommes et les femmes ne sont pas les mêmes en début et fin de carrière, selon une étude publiée ce 3 mars par l'Apec. Et contrairement à une idée reçue, le fossé est aussi plus important dans les professions dites féminines.

Plus d'un cadre sur 3 est une femme, et pourtant elles peinent toujours à obtenir la même rémunération que leurs collègues masculins. Alors qu'en 2013 la rémunération moyenne d'un cadre s'élevait à 54.800 euros bruts, l'Apec (1) a pu établir que les hommes gagnaient 8,5% de plus que les femmes sur des profils et des postes identiques.

Le fossé a tendance à se creuser au fil du temps. Si en début de carrière, l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes s'élève à 4,2%, il atteint 5,8% pour les 30-39 ans puis 9,5% pour les 40-49 ans pour finalement culminer à 12,5% une fois passée la cinquantaine.

Les cadres masculins bénéficient aussi d'une plus forte progression salariale au fil des années passées au sein de la même entreprise. C'est entre 10 à 19 ans d'ancienneté que l'écart est le plus élevé, puisque les hommes perçoivent en moyenne 10,1% de plus que les femmes pour des fonctions et profils identiques.

Le secteur le moins sexiste est...

Quant aux femmes qui arrivent à progresser dans leur carrière, leur rémunération augmentera moins que si elles avaient été des hommes. Ainsi, occuper des fonctions de manager se révèle plus rémunérateur quand on est de sexe masculin. Un cadre supervisant une équipe de 7 personnes gagnera 10,8% de plus qu'une femme ayant les mêmes responsabilités. De même, celles qui occupent le poste clé de dirigeant d'entreprise, devront se faire à l'idée que leur rémunération est 14,1% inférieure à celle de leurs homologues masculins.

L'étude l'Apec bat en brèche une idée reçue : ce n'est pas parce que la fonction est perçue comme "féminine" qu'elle offre un meilleur niveau de rémunération aux femmes. Ainsi, au sein des ressources humaines, où les hommes ne représentent que le tiers des effectifs, l'écart de rémunération s'élève à 11,3%. Le secteur informatique se révèle plus égalitaire avec un écart de 5,5%, tout comme celui de la communication (6,2%) ou encore celui de la R&D (6,3%). Enfin, être diplômé sert aussi à réduire les différences entre les deux sexes. Quand l'écart de salaire s'élève à 10,2 % pour les bac+2, il tombe à 7,5% pour ceux ayant décroché un bac +5 ou plus.

(1) L'Apec a mené son enquête en mai 2014 en recueillant près de 14.000 questionnaires remplis par des cadres du privé.

C.C.