BFM Business

Quelles sont les villes les plus attractives pour les jeunes actifs?

Un climat favorable, des rémunérations attractives et des propositions de job diversifiées attendent les jeunes cadres qui s'installent à Toulouse.

Un climat favorable, des rémunérations attractives et des propositions de job diversifiées attendent les jeunes cadres qui s'installent à Toulouse. - Remy Galbalda - AFP

Cadre de vie et opportunités d'emplois font partie des priorités des 18-30 ans qui cherchent une métropole où s'installer. Toulouse est la ville qui répond le plus à ces critères, selon une enquête réalisée par les Echos Start.

Paris n'est plus le passage obligé pour les jeunes qui cherchent à lancer leur carrière. D'autres métropoles régionales se révèlent tout aussi appréciées. Les Echos Start, en s'appuyant sur divers enquêtes et classements dont ceux de Regionsjob, ont établi la liste des villes qui présentent les meilleurs atouts pour décrocher un job, tout en offrant un cadre de vie agréable.

>Toulouse arrive en tête des métropoles où les salariés sont les plus heureux. Un climat favorable, des rémunérations attractives et des propositions de jobs diversifiées sont ses principaux atouts. "D’autant plus qu’en 2017, le bassin d’emploi sera très porteur pour les jeunes diplômés et les cadres débutants", indique Jean-Sébastien Fiorenzo, délégué territorial de l’Apec Occitanie au journal. Naturellement, l'industrie aéronautique avec Airbus est le plus gros pourvoyeur d'emplois, mais aussi la logistique et le transport, la santé, les biotechnologies. Toulouse est aussi un vivier pour les start-up. Au total, 11.600 cadres y ont été recrutés en 2016, c'est 29% de plus que l'année précédente.

>Nantes est elle aussi très attractive pour les 18-30 ans -mais aussi les cadres plus installés, à la fois pour son cadre de vie (la mer est proche, de nombreux espaces verts sont à disposition) et pour le dynamisme économique. Le taux de chômage y est inférieur de deux points à la moyenne nationale, soulignent les Echos Start. 9.850 cadres y ont été recrutés en 2016, soit 29% de plus que l'année précédente. Les services et l’industrie ont représenté plus de 8 recrutement sur 10. Des groupes comme la SNCF, Bouygues, Accenture, Capgemini ou encore Airbus, les chantiers de Saint Nazaire ou les biscuits Lu constituent les plus gros recruteurs. Les start-up sont aussi très actives dans l'agglomération nantaise: depuis 2014, entre 180 et 200 entreprises y ont créée 22.000 emplois. Et il y a sur place de nombreux incubateurs qui vont permettre de maintenir la tendance.

> Strasbourg est l'amie des piétons et des cyclistes. La capitale du Grand Est dispose d'une offre culturelle étoffée, rythmée par la tenue de nombreux festivals. Mais c'est aussi une ville pleine d'opportunités professionnelles : 8.070 cadres ont été recrutés dans la région en 2016, en hausse de 16%. Cette année s'annonce dynamique aussi, grâce à la présence de grands groupes internationaux tels que Adidas, Puma, Kronenbourg mais aussi les institutions européennes. "Les profils qualifiés en comptabilité, gestion ou finance trouveront facilement du travail", indique Frédéric Philippe, responsable de la région Nord-Est chez RegionsJob. Les chercheurs trouveront aussi de nombreuses opportunités grâce aux medtech et biotech installées dans le Grand Est.

>Proche de Paris pour les rendez-vous professionnels grâce au TGV et à portée des Alpes pour les week-ends en plein air, la situation géographique de Lyon est un atout incontestable. Cette métropole, encore à taille humaine, offre de nombreuses opportunités professionnelles, avec 22.250 cadres recrutés en 2016, en hausse de 12% sur un an. Lyon et ses environs ont besoin de jeunes talents. "Dans la région, 1 recrutement sur 2 concerne des cadres ayant moins de cinq ans d’expérience", explique Manuel Santos, délégué territorial Auvergne-Rhône-Alpes de l’Apec, aux Echos Start. Les besoins les plus élevés se concentrent dans l'informatique, la R&D et les fonctions commerciales. Les secteurs les plus porteurs dans la ville sont ceux des télécoms, de l’informatique, de l’ingénierie, du conseil et de la banque-assurance, mais aussi l'industrie. Ce sont aussi bien des PME que des grands groupes qui recrutent, comme Sanofi, Meyrieux, mais également Panzani, Aoste, Blédina, Bjorg. Lyon est aussi en pointe pour le développement des start-up grâce à des programmes d'accompagnement et des espaces dédiés au co-working.

>Proche de Londres, de la Belgique, de l'Allemagne et de Paris, Lille s'impose comme une ville centrale qui attire les sièges sociaux. "Ce qui explique que l’emploi cadre s’y porte particulièrement bien", souligne au journal Valérie Fenaux, déléguée territoriale de l’Apec. Les recrutements de cadres se sont élevés à 12.830, un chiffre important qui marque cependant un léger recul par rapport à l'année 2015 (-3%). Les besoins les plus forts se concentrent dans le commercial, la R&D et l'informatique. La ville s'est dotée de l'Espace Euratech, un incubateur de 80.000 m2 qui accueille 265 entrepirses; dont Capgemini, Cisco, Microsoft. Il y a aussi les groupes historiques, tels que Auchan, Decathlon, Leroy Merlin ou encore Kiabi, qui ont besoin de talents pour accomplir leur transformation et leur développement.

> Mer, montagne, campagne, le tout sous un climat favorable : voici le cadre exceptionnel dont bénéficient les habitants de la toute nouvelle métropole Aix Marseille Provence créée l'an dernier. Ils peuvent également se réjouir d'un marché de l'emploi porteur, avec 11.940 cadres recrutés en 2015, en hausse de 27%. De grands groupes y ont installé leur siège, comme Airbus Helicopters, mais aussi Ricard, Odalys, Haribo, Autogrill, Alinéa, Onet ou Voyageprive.com. A cela s'ajoute de nombreuses start-up, accompagnées par de multiples accélérateurs et incubateurs. Le digital représente 44.000 emplois, avec des postes d'Ingénieurs informatiques, de développeurs, et de data scientists qui peinent à être pourvue. Comptabilité, finance, BTP, immobilier… tous cherchent à recruter. Une dynamique telle que les candidats sont en position de force et peuvent négocier avantages mais aussi salaires On est toujours 15% en-dessous de Paris, mais certains groupes font de vrais efforts", confie Aurélia Pavillon. Aurélia Pavillon, senior manager du cabinet Robert Half Aix-Marseille.

C.C.