BFM Business

Pour s'expatrier, rien ne vaut l'Europe... à l'exception de la France

La Suisse est la terre d'accueil idéale pour les expatriés, notamment grâce à la rémunération avantageuse qu'elle propose.

La Suisse est la terre d'accueil idéale pour les expatriés, notamment grâce à la rémunération avantageuse qu'elle propose. - b1-Photo- CC

Selon la dernière étude HSBC, les trois pays offrant les meilleures opportunités aux salariés qui veulent donner une orientation internationale à leur carrière se situent en Europe. La France n'en fait pas partie, même si elle est plébiscitée pour l'équilibre entre vie pro et personnelle.

S'expatrier pour donner un nouvel élan à sa carrière, pour disposer d'un meilleur niveau de vie ou pour enrichir l'éventail de leurs compétences, de nombreux salariés aimeraient sauter le pas. Mais tous les pays ne permettent pas de vivre une expérience enrichissante. Pour se forger une idée rien ne vaut donc l'opinion de ceux qui ont déjà sauté le pas. Or, selon les 27.000 expatriés interrogés par HSBC dans le cadre de la 9ème édition d'Expat Explorer, l'Europe se taille un franc succès. Sur les 45 pays pris en compte dans le classement, six pays européens décrochent une place dans le top 10.

Cette année encore, c'est la Suisse qui séduit le plus les expatriés. 74,6% des salariés mettent en avant un niveau de rémunération bien supérieur à celui de leur pays d'origine. Le salaire moyen d'un expatrié y atteint 188.000 dollars par an, soit quasiment deux fois la moyenne mondiale, détaillent les auteurs de l'étude. Les expatriés en Suisse apprécient la culture locale du travail qu'ils jugent meilleure que dans leur pays d'origine, ainsi que la possibilité que leur offre ce pays d'acquérir de nouvelles compétences. Enfin, les sondés ont aussi aimé l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle dont ils jouissent dans la Confédération helvétique.

L'Allemagne saluée pour sa culture du travail

Sur la deuxième marche du podium arrive l'Allemagne, qui gagne ainsi une place par rapport au classement de l'année dernière. C'est la sécurité de l'emploi qui est louée, puisque 69,9% des sondés la jugent meilleure que dans leur pays d'origine. Ils sont aussi 65,6% à y apprécier l'équilibre entre la vie pro et perso, et 62,3% à juger la culture allemande du travail meilleure que dans leur pays d'origine.

Deuxième en 2015, la Suède décroche cette année la 3ème place. L'équilibre vie pro et perso remporte un vrai plébiscite: 79,2% des sondés trouvent que leur emploi dans le pays leur a permis de le trouver. La culture du travail est saluée par 71,2% des expatriés. En revanche, ils ne sont que 34,7% à être convaincus que leur expérience en Suède est un booster pour leur carrière.

Rien ne vaut une mission à Londres pour booster sa carrière

Sur ce point, le Royaume-Uni, 9ème du classement, la devance largement: 62% des expatriés jugent que leur séjour va efficacement servir à leur avancement, seuls Hong Kong et Singapour font mieux (avec respectivement 67,7% et 62% de réponses positives). De plus, 64,1% des sondés sont convaincus que leur passage leur a servi pour acquérir de nouvelles compétences.

Et la France? Il faut aller dans les limbes du classement pour la trouver: elle finit à la 35ème place, en perte de quatre places par rapport à 2015. Les opportunités d'avoir un salaire confortable sont maigres: seuls 16,4% des sondés gagnent mieux leur vie que dans leur pays d'origine. Ils sont 16,3% à être convaincus que leur passage dans l'Hexagone va faire progresser leur carrière. L'enrichissement des compétences n'est pas non plus porté au nombre des avantages à se voir expatrié en France: 31,7% de ceux qui y vivent déjà trouvent qu'ils ont élargi leurs connaissances professionnelles. Un seul critère emporte l'adhésion du plus grand nombre: 71,70% ont trouvé dans l'Hexagone un équilibre de vie entre leur job et leur famille.

C.C.