BFM Business

Pierre Gattaz, l'ancien patron du Medef, croit au plein emploi en 2030

Sur BFM Business, Pierre Gattaz dit croire au plein emploi d'ici 2030 à condition notamment que tous les partis politiques oeuvrent à ce projet, et que la France mise sur l'apprentissage.

La crise sanitaire pourrait avoir raison de milliers d'emplois. Pourtant, Pierre Gattaz, ancien patron du Medef, continue à croire au plein emploi en 2030. Celui qui est désormais président du lobby Business Europe, détaille dans un essai intitulé Le cœur et le courage, ses solutions pour créer 3 millions d'emplois d'ici dix ans.

Beaucoup de pays ont réussi à atteindre le plein emploi autour de nous. Il n'y a aucune raison que la France n'y arrive pas, j'y crois dur comme fer", affirme Pierre Gattaz sur notre antenne.

"On risque malheureusement de perdre 500.000 à 1 million d'emplois dans les prochains mois. Dans ce cas, il faudra en recréer 2 millions pour passer de 8% à 6%, puis à 4% de chômage. En gros, quand vous créez un million d'emplois, vous baissez le chômage de deux points", détaille l'ancien patron du Medef.

Favoriser l'apprentissage

Pour Pierre Gattaz, cinq conditions doivent être réunies y arriver. Il faut "donner un cap" et que cet objectif soit "transpartisan". Ensuite, il faut "aller chercher la croissance dans le digital, dans l'écologie, dans les infrastructures" et la "compétitivité". Car "si la France n'est pas compétitive, les investisseurs iront ailleurs".

Mais si vous faites tout ça et que vous ne trouvez pas les apprentis, les ingénieurs, les techniciens, les BTS, ça ne marchera pas. Il y a un gros travail à faire sur l'apprentissage. Nous avons 500.000 apprentis en France quand il y en a 1,2 million en Allemagne. Il faut redorer le blason de l'industrie", préconise Pierre Gattaz pour qui le dernier pilier est la "confiance".

Le chômage se stabilise en France, selon les chiffres au premier trimestre 2021. Mais l'activité partielle permet pour l'heure de repousser les vagues de licenciements dans les secteurs les plus touchés par la crise. La situation pourrait donc s'aggraver dans les mois à venir.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech