BFM Business

Pénicaud: la réforme du droit du travail "ne crée pas mécaniquement de l’emploi"

Muriel Penicaud était l'invitée de BFM Business ce mercredi.

Muriel Penicaud était l'invitée de BFM Business ce mercredi. - Stephane de Sakutin - AFP

Invitée de BFM Business, la ministre du Travail a prévenu qu'elle n'attendait pas d'effets "spectaculaires" de la réforme sur l'emploi en 2018.

Au lendemain du vote favorable de l’Assemblée en vue de la ratification des ordonnances, Muriel Pénicaud savoure l’avènement d’un projet de loi qui a particulièrement divisé l’opinion publique.

Invité de BFM Business ce mercredi, la ministre du Travail a pourtant temporisé, se félicitant tout de même d’avoir franchi "la première étape, l’étape législative" (même si le texte doit encore être examiné au Sénat, ndlr). "La deuxième mi-temps c’est sur le terrain des entreprises", a-t-elle prévenu.

"Les investisseurs ont repris confiance"

Muriel Pénicaud s’est tout de même félicitée du symbole véhiculé par cette réforme du code du travail, notamment auprès des investisseurs étrangers. Ces derniers "disaient qu’il y avait trop de problèmes, notamment l’impôt sur les sociétés - qui va baisser - et le code du travail. Et aujourd’hui, on a beaucoup de signaux qui montrent que les investisseurs ont repris confiance".

Interrogée sur les effets de cette réforme sur l’emploi, la ministre s’est voulue prudente. "Ca ne crée pas mécaniquement de l’emploi, c’est la réforme du code du travail mixée avec la réforme des compétences" qui en crée.

"Aujourd’hui, les entrepreneurs veulent y aller mais ils ne trouvent pas les compétences". "C’est normal que des réformes en profondeur mettent du temps à produire leur plein effet", a-t-elle rappelé. Quant aux ordonnances, "cela va s’amplifier avec le temps mais c’est plutôt dans 18 mois que l’on va commencer à voir les effets. Je n’attends pas des effets totalement spectaculaires en 2018."

Y.D.