BFM Business

Ordonnances: 25.000 manifestants à Paris selon la CGT, 5500 selon la police

Une mobilisation réduite de moitié par rapport aux deux premières manifestations.

Une mobilisation réduite de moitié par rapport aux deux premières manifestations. - Bertrand Guay - AFP

La manifestation contre les ordonnances du code du travail a rassemblé 25.000 personnes dans la capitale selon la CGT, mais seulement 5500 selon la police. Des chiffres qui témoignent d'une mobilisation réduite de moitié par rapport aux deux premières manifestations organisées en septembre.

La troisième journée contre les ordonnances réformant le code du travail a rassemblé quelque 25.000 personnes ce jeudi à Paris, selon des chiffres communiqués par la CGT, mais seulement 5500 selon la Préfecture de police. Ces chiffres témoignent d'une mobilisation réduite de moitié par rapport aux deux premières manifestations organisées en septembre.

La CGT avait comptabilisé 55.000 manifestants à Paris le 21 septembre et 60.000 le 12 septembre. Quant à la police, elle recensait 16.000 manifestants dans la capitale le 21 septembre et 24.000 le 12 septembre.

À Paris, un cortège clairsemé s'est ébranlé en début d'après-midi de Montparnasse en direction de Denfert-Rochereau, sous le slogan "public, privé, nous sommes tous attaqués", a constaté l'AFP.

Net essoufflement de la mobilisation

Cette nouvelle journée montrait ainsi un net essoufflement de la mobilisation en province et à Paris, en attendant une éventuelle action plus unitaire avec d'autres syndicats, qui pourrait être annoncée le 24 octobre.

Pour autant, "on est déterminés à aller jusqu'au bout", avait assuré plus tôt à Marseille le leader de la CGT, Philippe Martinez, qui participait dans la cité phocéenne au défilé contre la réforme du code du travail. Seules 20.000 personnes ont manifesté à Marseille, selon la CGT, contre 50.000 le 21 septembre et 60.000 le 12.

Ailleurs dans d'autres régions, les manifestations montraient aussi une baisse significative, notamment à Pau, Bayonne ou Rennes, mais aussi à Toulouse et Lyon.

Côté transport, il y a peu d'incidences sur le réseau SNCF, alors que France Inter a été perturbée dans la matinée.

J.Mo. avec AFP