BFM Business

OCDE: le chômage devrait dépasser les 11% en 2014 en France

Selon l'OCDE, le taux de chômage devrait s'élever à 10,7% en 2013.

Selon l'OCDE, le taux de chômage devrait s'élever à 10,7% en 2013. - -

Dans son rapport annuel publié mercredi 29 mai, l'organisation économique ne prévoit pas d'embellie sur le front de l'emploi en France dans les deux années à venir. L'Hexagone devrait subir une légère récession en 2013, au sein d'une économie mondiale déprimée.

Pas d'amélioration prévue pour l'emploi des Français selon l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). L'institution table sur une hausse continue du taux de chômage en 2014, dans son rapport annuel publié mercredi 29 mai.

Selon l'OCDE, il devrait toucher 10,7% de la population active fin 2013 (contre 10,2% en début d'année). Le chômage devrait continuer à augmenter pour atteindre un pic à 11,5% fin 2014.

Des prévisions qui contrarient les projets de François Hollande, qui s’est engagé à inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année. La "boîte à outils", tant vantée pour relancer l’emploi, n’aurait donc pas l’effet escompté.

La récession doit se poursuivre en 2013

L’OCDE ne voit pas d’amélioration à court terme en France : stagnante depuis deux ans, l’économie devrait connaître une légère récession en 2013, avec une contraction de 0,3% du PIB. En mars, l’organisation anticipait une croissance légèrement positive pour le pays.

L’OCDE abaisse également sa prévision de croissance pour 2014 : elle attend une progression de 0,8% du PIB l’an prochain, contre 1,3% dans son étude précédente.

Dans ce contexte difficile, la dette publique de la France devrait continuer d’augmenter. L’institution l’attend à 94,5% du PIB en 2013, puis 97,2% en 2014. Le déficit devrait lui revenir à 3,5% en 2014 : un bon point, alors que Bruxelles a accordé un délai de deux ans au gouvernement pour revenir sous la barre des 3%.

Moins d'austérité, plus de réformes structurelles

Les experts de l’OCDE valident en partie l’action du gouvernement, qui veut privilégier la croissance à une dose d’austérité supplémentaire. Le rapport estime qu’il n’est pas souhaitable d’accentuer le "vigoureux effort de rigueur budgétaire engagé" dans un environnement aussi morose, afin "que les stabilisateurs automatiques puissent jouer pleinement sans que la trajectoire actuelle d’ajustement structurel ne soit remise en cause."

L’organisation adresse toutefois un avertissement à François Hollande : pas question d’abandonner les réformes structurelles. Celles-ci sont une nécessité pour "le redressement des finances publiques" et la "crédibilité de la politique budgétaire" de la France, note le rapport. Parmi les recommandations de l’OCDE : la réduction des dépenses publiques, la réforme de la fiscalité ou celle du marché du travail. Des recommandations qui s’inscrivent dans la lignée de celles publiées hier par la Cour des comptes.

Romain Fonsegrives avec AFP