BFM Business

Michel Sapin: l'accord "peut être un accélérateur de création d'emploi"

Pour Michel Sapin, les salariés seront mieux protégés grâce à l'accord sur l'emploi trouvé par les partenaires sociaux, vendredi

Pour Michel Sapin, les salariés seront mieux protégés grâce à l'accord sur l'emploi trouvé par les partenaires sociaux, vendredi - -

Le ministre du Travail, affirme à BFMTV, ce dimanche 13 janvier, que l’accord sur l'emploi auquel ont abouti les partenaires sociaux va à la fois permettre de mieux protéger les salariés mais aussi d'inciter les entreprises à embaucher.

Pour Michel Sapin, l’accord qu’ont trouvé vendredi patronat et syndicats est "extrêmement important". Il n’emploie pas le qualificatif "d’historique", mais assure à BFMTV, ce dimanche 13 janvier, que "cela fait 50 ans qu’il n’y pas eu d’accord de cette nature. Quelque chose qui se passe deux fois par siècle ne doit pas être éloigné d’historique".

Et le ministre du Travail de clamer que grâce à cet accord "Les salariés seront beaucoup plus protégés demain qu’aujourd’hui".

En fait, Michel Sapin explique que cet accord peut être "un accélérateur de création d’emploi", car il élimine deux peurs : "la peur de l’embauche" pour les entreprises, et la peur du licenciement pour les salariés "grâce à la possibilité de négocier dans chaque entreprise des mécanismes qui permettent d’éviter de licencier". Il en déduit que le texte va "permettre les prémices d’une reprise de l’emploi". L'accord devra donc aider à inverser la courbe du chômage.

FO et la CGT "pas marginalisés"

Concernant le refus de la CGT et de FO de signer le texte issus des négociations entre les partenaires sociaux, Michel Sapin a estimé que les deux syndicats n’étaient "pas marginalisés dans la négociation elle-même". "Leur présence autour de la table a permis aussi de peser dans le débat et d'obtenir un certain nombre d'avancées pour les salariés, car l'accord contient des avancées décisives", a-t-il ajouté.

Michel Sapin a également indiqué que le projet de loi qui reprendra l’accord et sera présenté début mars en Conseil des ministres, "respectera les grands équilibres de cet accord".

Julien Marion