BFM Business

Medef: les 5 candidats cherchent des soutiens

Le siège du Medef, avenue Bosquet à Paris.

Le siège du Medef, avenue Bosquet à Paris. - -

Les candidats à l'élection du Medef sont auditionnés, ce jeudi 23 mai, par le conseil exécutif. Chacun veut obtenir le soutien de ses 45 membres qui représentent les principaux adhérents du syndicat patronal.

Nouvelle étape dans la bataille pour la présidence du Medef : ce jeudi 23 mai au matin, les cinq candidats à la succession de Laurence Parisot sont entendus par le Conseil exécutif. Les 45 membres qui le composent vont les auditionner à huis-clos et ne feront connaître le nom de leur favori que le 3 juin prochain. Pierre Gattaz est souvent présenté comme le favori de cette élection, mais les autres candidats n'ont pas dit leur dernier mot.

Le patron de Radiall bénéficie en tout cas de soutiens puissants. En avril dernier, il est adoubé par l'UIMM, la fédération de la métallurgie. Lundi, la fédération des sociétés d'assurance, la FFSA, sous la houlette de Denis Kessler, l'ancien numéro deux du Medef, se range aussi derrière lui. Pierre Gattaz peut donc déjà compter sur les deux fédérations les plus influentes du patro(FBF) va, elle aussi, appuyer sa candidature.

Un ascendant psychologique

Mais les autres candidats n'ont pas dit leur dernier mot. Certains patrons s'inquiètent d'une éventuelle radicalisation occasionnée par le "Medef de combat" que souhaite le patron du groupement des Fédérations industrielles. Geoffroy Roux de Bezieux, l'opposant le plus sérieux à Pierre Gattaz, et Patrick Bernasconi, ex-dauphin de Laurence Parisot, ont ainsi les faveurs de ceux qui veulent continuer le dialogue avec les syndicats réformistes, plutôt que de les braquer.

Par ailleurs, le patron d'Omea Télécoms-Virgin Mobile laboure le terrain depuis trois mois. Pour inverser la tendance, il organise un grand meeting à Paris le 17 juin, la veille d'une assemblée permanente. Il s'assure ainsi de la présence des présidents des Medefs territoriaux. Des voix indispensables, comme celles des membres du conseil exécutif.

Si leur avis n'est que consultatif, il offrira à coup sûr un ascendant psychologique à leur poulain sur ses rivaux. De quoi influencer les adhérents du Medef, amenés à voter pour leur nouveau chef le 3 juillet.

A LIRE AUSSI :

>>Notre dossier sur l'élection au Medef

>> Election au Medef: qui est l'outsider Hervé Lambel ?

Delphine Liou