BFM Business

Medef: Geoffroy Roux de Bézieux nouveau favori?

Geoffroy Roux de Bézieux estime que le modèle du retour à la croissance est allemand.

Geoffroy Roux de Bézieux estime que le modèle du retour à la croissance est allemand. - -

Le président d'OMEA Télécoms a obtenu un soutien de poids dans sa course à la présidence de l'organisation patronale: celui du conseil exécutif. Portrait de celui qui peut battre le favori, Pierre Gattaz.

Créant la surprise, Geoffroy Roux de Bézieux a reçu le soutien du conseil exécutif du Medef, avec 19 voix sur 45, ce lundi 3 juin, alors que le patron de Radiall, Pierre Gattaz, partait ultra-favori, mais n'en a eu que 18.

Qui est donc ce candidat qui a emporté, à un cheveu, l'adhésion de l'instance dirigeante de l'organisation patronale?

Il est l'archétype de ces entrepreneurs du web et des télécoms qui ont réussi. Créateur de The Phone House, il l'a revendu avec une belle plus-value avant de fonder OMEA Télécoms-Virgin Mobile, qu'il dirige aujourd'hui.

Il est également un des membres du fonds ISAI, spécialisé dans l'entreprenariat sur internet, avec des personnalités tels que Pierre Kosciusco Morizet (Price Minister) ou Stéphane Treppoz (Sarenza).

Soutenu par la Fédération des télécoms, le Syntec (la fédération des professionnel du numérique), et l'un des porte-parole du mouvement des pigeons, Jean-David Chamborédon, il apparaît clairement comme le candidat des entrepreneurs et des nouvelles technologies.

Redonner ses lettres de noblesse à la prise de risque

Le cinquantenaire qui prône son attachement au dialogue social avait déjà envisagé de succéder à Laurence Parisot en 2009, après avoir peaufiné sa crédibilité de représentant patronal en présidant Croissance plus et l'Unedic. Mais il y avait finalement renoncé.

Son programme est de redonner ses lettres de noblesse à la prise de risque, de "réinsuffler l’esprit entrepreneurial", et de lutter "contre l’invasion du principe de précaution", a-t-il déclaré au Figaro le 26 février. Il veut notamment promouvoir l’entreprenariat dès l’école, avec un chapitre dédié dans les manuels d’économie.

Sur la compétitivité, il milite pour baisser le coût du travail, notamment en transférant les cotisations familiales sur la CSG. Concernant les retraites, il estime "non négociable" un allongement de la durée d’activité. Il mise également sur des négociations intra-entreprises pour mettre au point une organisation du travail adaptée.

Pour lui, le modèle du retour à la croissance est allemand. A propos des attaques de certains officiels français envers la rigueur allemande, Geoffroy Roux de Bézieux évoque la cigale qui se moque de la fourmi.

Nina Godart