BFM Business

Loi Travail: les avertissements des syndicats à Valls

Jean-Claude Mailly redoute "une rencontre pour rien"

Jean-Claude Mailly redoute "une rencontre pour rien" - Patrick Kovarik - AFP

Le Premier ministre doit rencontrer mercredi et jeudi les partenaires sociaux pour faire le point sur le projet de loi Travail. Jean-Claude Mailly, le leader de FO, l'invite à faire bouger les lignes, au contraire de Laurent Berger, le numéro un de la CFDT.

Manuel Valls a choisi de rouvrir le dialogue. Le Premier ministre recevra mercredi et jeudi les partenaires sociaux pour "faire le point" sur le projet de loi Travail.

Le chef du gouvernement sera clairement en terrain miné. "Si le gouvernement n'a l'intention de céder sur rien, cela va être un coup pour rien, je ne vois pas pourquoi le Premier ministre nous recevrait", a ainsi considéré Jean-Claude Mailly, le numéro un de Force ouvrière sur Radio Classique. Une telle attitude serait de la "provocation" de la part du Premier ministre, a-t-il ajouté.

À l'opposé Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, syndicat favorable au projet de loi Travail, avertit le Premier ministre qu'il ne pourra pas faire machine arrière. "On verra demain, mais ce serait une profonde erreur (s'il y a un recul du gouvernement, ndlr)", a-t-il affirmé sur France 2, en soulignant que la CFDT "serait en travers de la route" si le gouvernement n'allait pas jusqu'au bout sur ce projet de loi contesté depuis quatre mois dans la rue.

Interrogé sur une éventuelle modification de l'article 2, qui consacre la primauté des accords d'entreprise sur les accords de branche en matière de temps de travail, Laurent Berger a souligné qu'"évidemment", si on touchait à cet article, la CFDT ne soutiendrait plus le texte.

J.M. avec AFP