BFM Business

Les syndicats à fleur de peau avant la conférence sociale

Les syndicats, lors de la manifestation du 1er mai.

Les syndicats, lors de la manifestation du 1er mai. - -

L'exécutif convie les partenaires sociaux, jeudi 20 juin, à la deuxième conférence sociale du quinquennat. Le tout dans un contexte où la CGT et la CFDT ne cachent plus leurs différends, mais dont la victime pourrait bien être le gouvernement socialiste.

L'image s'était faite plutôt rare depuis quelques mois. Mercredi 19 juin, les syndicats ont plaidé pour une seule et même cause, à savoir "un changement de cap" et "un plan de relance" européen.

Ces derniers étaient en effet reçus par François Hollande, à la veille d'une conférence sociale où ils devraient se rendre en ordre beaucoup plus dispersé.

La réunion s'annonce en effet explosive, dans un contexte de tension grandissante.

D'abord, parce que les différents syndicats, CGT et CFDT en tête, se sont clairement éloignés les uns des autres.

La formation de Laurent Berger aborde cette conférence, essentiellement basée sur le sujet des retraites, avec un statut de partenaire privilégié, même si elle le conteste vivement.

Sa signature au bas de l'accord sur la sécurisation de l'emploi, le 11 janvier dernier, lui vaut en effet les faveurs du gouvernement, mais aussi les critiques des autres syndicats. La CGT, notamment, qui s'était vivement opposée à l'accord.

La CGT veut une réforme du financement des retraites

Cette dernière ne devrait pas non plus être sur la même longueur d'onde au sujet des retraites. Contrairement à son homologue, elle juge que le rapport Moreau, remis la semaine dernière à Jean-Marc Ayrault, reprend purement et simplement les propositions du patronat et de Bruxelles.

"On compte bien faire entendre nore voix", a ainsi déclaré Eric Aubin, qui mènera les discussions pour la CGT, mercredi sur BFM Business. "Il faudra regarder ce que pourrait donner une réforme du financement, à travers la remise à plat des aides publiques (200 milliards par an)" aux entreprises.

Une solution dont la CFDT n'est "pas demandeuse", selon Jean-Louis Malys, également invité de BFM Business. Le ton est donné, mais les deux frères ennemis pourraient trouver un terrain d'entente...contre le gouvernement.

La communication gouvernementale pas au point

Car celui-ci n'a pas vraiment soigné sa communication en vue de l'évènement.

Ainsi, la reconduction en 2014 du gel du point d'indice des fonctionnaires, annoncée mardi par Marylise Lebranchu, n'a pas été du meilleur effet.

Le tollé est général: Laurent Berger s'est dit "scandalisé", quand Jean-Marc Canon, de la CGT, juge la mesure "tout à fait inadmissible".

"Scandaleux", "hallucinant", "suicidaire", l'indignation a même gagné les rangs de Force Ouvrière, de la FSU, et même de l'Unsa.

Une chose est sûre: avec les syndicats, la période d'essai du gouvernement socialiste est terminée. Et la conférence sociale devra reposer les bases d'un dialogue social qui devient de plus en plus fragile.

Yann Duvert