BFM Business

Les salaires des non-cadres n'ont jamais autant progressé depuis cinq ans

Les entreprises desserrent les cordons de la bourse pour recruter des salariés devenus rares.

Les entreprises desserrent les cordons de la bourse pour recruter des salariés devenus rares. - MYCHELE DANIAU / AFP

Les salaires des non-cadres ont augmenté de 1,8% en moyenne sur un an. Selon le dixième baromètre Randstadt, il faut remonter à 2013 pour une hausse équivalente.

Une bonne orientation de l'économie en 2017 et une pénurie de certaines compétences: c'est le cocktail qui fait grimper les salaires des non-cadres. On observe une poussée inédite depuis cinq ans et pour la première fois depuis 2014, la hausse est supérieure à celle du Smic alors que jusqu'ici, elle était strictement corrélée à la revalorisation annuelle du salaire minimum.

L'industrie et le BTP en première ligne

Certains secteurs ont particulièrement profité du dynamisme de l'économie et tirent les salaires vers le haut. Ainsi, pour la deuxième année consécutive, l'industrie affiche la plus forte hausse de salaire moyen. Avec une progression de 2,2%, ce secteur devance même celui du BTP. En revanche, le secteur du bâtiment reste le plus rémunérateur avec un salaire moyen de 1696 euros brut, très nettement au-dessus de celui qu'on observe dans les services ou l'industrie.

Une politique salariale attractive

Les entreprises desserrent les cordons de la bourse pour recruter des salariés devenus rares. Pour François Beharel, président du groupe Randstad France, "face à la pénurie des talents, les entreprises n'ont d'autre choix que de proposer des rémunérations plus attractives pour attirer ou conserver les collaborateurs non cadres dont elles ont besoin".

Les difficultés de recrutement sont en effet devenues récurrentes dans le domaine de la construction notamment, mais pas seulement. Signe d'un regain de dynamisme économique, dans le top 10 des professions qui enregistrent les plus fortes augmentations de salaires, il y a les commerciaux. Les chefs d'équipes dans l'industrie (+5,4%) et les chefs de chantiers dans le BTP (+ 5,2%) sont également bien placés.