BFM Business

Les ruptures conventionnelles en baisse en 2020 sous l'effet de la crise sanitaire

Les ruptures conventionnelles en baisse

Les ruptures conventionnelles en baisse - CC

Le nombre de ruptures conventionnelles a baissé de 3,6% en 2020, à 427.000.

Après des hausses respectives de 4 et 1,4% en 2018 et 2019, le nombre de ruptures conventionnelles individuelles, a baissé de 3,6% en 2020, à 427.000, selon les chiffres de la Dares, le service statistique du ministère du Travail. Une première depuis 2013.

Ce recul a essentiellement été observé lors du premier confinement du printemps 2020, lorsque le marché du travail était paralysé et que des millions de salariés étaient placés en activité partielle. Ainsi, seules 15.000 ruptures conventionnelles ont été enregistrées en avril et mai. Un niveau historiquement bas.

Avec la levée des restrictions sanitaires, les homologations sont toutefois reparties à la hausse à partir de l’été mais le rattrapage du second semestre n’a pas permis de compenser la baisse du premier.

Forte baisse dans les secteurs les plus fragilisés

Le recul des ruptures conventionnelles a été très important dans les secteurs les plus affectés par la crise, comme l’hébergement-restauration (-12,4%) ou le commerce (-7,1%). Mais globalement, tous les secteurs d’activité ont été concernés, à l’exception des activités spécialisées scientifiques et techniques (experts comptables, notaires, architectes…) qui a enregistré une hausse des ruptures conventionnelles (+4,1%).

Hormis la Nouvelle-Aquitaine (+4,1%), la baisse du nombre de ruptures conventionnelles en 2020 s’observe également dans toutes les régions métropolitaines, et notamment en Normandie (-11,3%), en Provence-Alpes-Côte d’Azur (-10,1%) et en Auvergne-Rhône-Alpes (-7,3%).

Enfin, les cadres, dont les ruptures conventionnelles ont progressé l’an dernier (+2,3%), bénéficient d’indemnités plus importantes à niveau d’ancienneté donné avec une indemnité médiane de 5510 euros, contre 930 euros pour les employés. En tenant compte des différences de niveau de rémunération, les indemnités des cadres restent supérieures à celles des autres catégories: leur indemnité médiane s’élève ainsi à 0,32 mois de salaire par année d’ancienneté, contre 0,25 mois chez les employés et les ouvriers, soit le minimum légal.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco