BFM Business

Les producteurs de lait à nouveau sur le pied de guerre

Les producteurs de lait prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les groupes Lactalis, Bongrain et Bel d'un accord de 2009 sur la hausse du prix du lait. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

Les producteurs de lait prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les groupes Lactalis, Bongrain et Bel d'un accord de 2009 sur la hausse du prix du lait. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé - -

LYON (Reuters) - Les producteurs de lait prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les...

LYON (Reuters) - Les producteurs de lait prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les groupes Lactalis, Bongrain et Bel d'un accord de 2009 sur la hausse du prix du lait.

Le camembert Président, les fromages Caprice des Dieux et La vache qui rit sont dans le collimateur des producteurs qui demandent leur retrait des rayons de supermarchés.

Ils ont l'intention de procéder à des vérifications dès vendredi dans les linéaires des grandes surfaces.

Lactalis, Bongrain et Bel, qui fabriquent ces produits phares de la fromagerie française, n'appliquent pas la hausse de 31 euros au millier de litres de lait prévu par un accord signé à l'été 2009.

Les producteurs en colère demandent aux distributeurs et aux consommateurs de boycotter leurs fromages.

Outre la région Rhône-Alpes, des opérations sont prévues en Bourgogne et en Basse-Normandie.

"Nous avons envoyé aujourd'hui même un courrier aux directeurs de supermarchés et hypermarchés leur demandant de déréférencer ces trois produits, c'est-à-dire de les mettre au frigo en les retirant de la vente", a déclaré à Reuters Eric Thébault, porte-parole de la Fédération régionale Rhône-Alpes des producteurs laitiers.

"Nous allons vérifier dans les rayons l'absence des produits et s'ils sont toujours exposés, nous demanderons aux directeurs de les retirer", a-t-il ajouté.

Cette action prévoit aussi une intervention auprès de la clientèle avec l'exposition d'affichettes appelant au boycott.

"Il y a un an, un accord a été conclu pour sauver la situation des producteurs de lait: il prévoyait une augmentation de 31 euros au prix de référence fixé à 380 euros pour mille litres", rappelle Eric Thébault.

Ce dernier constate que "les petites PME appliquent cet accord mais pas les grands industriels ".

"Ils demandent l'alignement du prix français sur le prix allemand, ce qui revient à dénoncer les accords interprofessionnels signés en juin 2009", souligne la fédération dans un communiqué. "Ce changement de cap sonne comme le refus de prendre en compte les efforts des producteurs pour maîtriser la production au niveau français".

Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet