BFM Business

Les industriels ne comptent pas tailler dans leurs investissements en 2013

La hausse de l'investissement sera plus prononcée pour le matériel informatique et électronique

La hausse de l'investissement sera plus prononcée pour le matériel informatique et électronique - -

Les chefs d’entreprise des industries manufacturières prévoient des investissements stables en 2013, selon une enquête de l’Insee, publiée vendredi 8 février. Une disparité forte entre les secteurs est toutefois enregistrée.

C’est plutôt une bonne nouvelle pour la croissance française, dont l'investissement est l'un des composants. Selon l’enquête de conjoncture de l’Insee, publiée vendredi 8 janvier, les chefs d’entreprise des industries manufacturières évaluent la hausse de leurs investissements à 2% en 2012.

Plus important encore, selon cette enquête déclarative, les industriels ne prévoient pas de revoir à la baisse leurs investissements pour 2013. Ils sont donc un peu plus optimistes qu’en octobre dernier. A cette période, ils anticipaient une baisse de 2% pour cette année.

Plusieurs nuances doivent être apportées à ce relatif regain d’optimisme. Tout d’abord les prévisions des chefs d’entreprise montrent que les investissements devraient connaître des sorts différents selon les secteurs. L’automobile devrait ainsi voir ses investissements réduits de 21% alors que l’agroalimentaire et le matériel informatique et électronique connaîtraient, eux, une hausse de respectivement 6 et 9%.

Ensuite, si les chefs d’entreprises prévoient globalement des investissements stables pour l’année 2013, ils sont plus nombreux à anticiper une baisse pour le seul premier semestre de cette année.

Un quart de l'investissement productif

De plus, cette enquête conjoncturelle reste déclarative et prospective, elle est donc soumise à de possibles révisions au cours des prochains mois, en fonction de l’évolution de la conjoncture.

Enfin, l'enquête ne s'adresse qu'aux entreprises industrielles et exclut la production, le transport et la distribution d'électricité, de gaz et d'eau. "Il convient de rappeler que l'investissement dans l'industrie, très important par le rôle moteur qu'il joue dans l'évolution économique, ne représente qu'un quart de l'investissement productif en France", souligne l'Insee.

Le 1er février dernier, le baromètre des grandes entreprises 2013, réalisé par l’Observatoire de BFM Business et le cabinet Manageyourself en sondant 100 des plus grandes sociétés françaises, montrait une tendance globale bien moins optimiste. Cette enquête révélait que, côté investissement, seules 19% des entreprises françaises comptent augmenter leurs investissements en France, alors que 62% l’envisagent à l’étranger.

Julien Marion