BFM Business

Les indépendants n'en peuvent plus du RSI

Le RSI est épinglé pour ses multiples défauts

Le RSI est épinglé pour ses multiples défauts - Thomas Samson - AFP

Près de 8 chefs d'entreprise sur 10 estiment que leur régime social ne s'est pas amélioré, selon un baromètre révélé ce vendredi par le Figaro. Un agacement palpable, qui fait que l'an passé un quart d'entre eux ont quitté le RSI.

Le RSI est depuis longtemps sous le feu des critiques. Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, l'avait même qualifié "d'erreur", fin 2015, jugeant qu'une réforme "plus pragmatique" était nécessaire. Logiquement, le fondateur d'En Marche! et candidat à l'élection présidentielle, compte désormais mettre en place "une refonte totale" de ce régime s'il accède à l'Élysée en mai prochain. Tout comme François Fillon.

Créé en 2006, le régime social des indépendants, qui compte six millions d'affiliés, a essuyé de nombreux reproches: erreurs dans les appels de cotisations, dossiers perdus, faible couverture sociale, etc.

23% de sorties en 2016

Logiquement, les travailleurs indépendants ne sont guère satisfaits de la situation. Ce que démontre clairement un baromètre établi par le syndicat des indépendants (SDI) auprès de 1.020 chefs d'entreprises de moins de 20 salariés et publié ce vendredi 10 février par le Figaro. Près de 8 indépendants sur 10 (78%) considèrent ainsi que le RSI ne s'est pas amélioré, malgré les efforts du gouvernement. Quasiment la même proportion (76%), disent avoir une appréciation négative des services rendus. Il faut aussi dire que 59% d'entre eux expliquent avoir rencontré au moins un problème lié à ce régime sur ces trois dernières années.

"La méfiance est telle que les chefs d'entreprise sont prêts à payer des cotisations plus élevées, sans gagner forcément plus de protection, pour sortir du RSI et entrer dans un statut assimilé au salariat", explique au Figaro Marc Sanchez, secrétaire général du SDI. 23% des affiliés au RSI ont ainsi quitté ce régime l'an passé alors qu'ils n'étaient que 13% en 2015 et 7% en 2014.

J.M.