BFM Business

Les conserves William Saurin et Garbit trouvent un repreneur

Les plats cuisinés de William Saurin et le couscous Garbit seront bien repris.

Les plats cuisinés de William Saurin et le couscous Garbit seront bien repris. - Raimond Spekking - Wikimedia

Le tribunal de commerce de Paris a validé l'offre commune de Cofigeo et Arterris pour le pôle conserverie du groupe Financière Turenne Lafayette. Ce dernier comprend 950 salariés.

Le tribunal de commerce de Paris a validé ce mardi l'offre de reprise conjointe par le tandem Cofigeo et Arterris du dernier pôle important du groupe Financière Turenne Lafayette (FTL), les plats cuisinés, dont le cassoulet William Saurin et le couscous Garbit.

L'offre commune du groupe Cofigeo (Raynal et Roquelaure, Zapetti) et de la coopérative agricole Arterris pour le pôle conserverie concerne les sociétés William Saurin, Choucroute de Campagne, Julien Mack, Soulié Restauration, Conserverie du Languedoc (marque La Belle Chaurienne) et CCA Périgord. Ce pôle emploie 950 salariés.

Tous les pôles du groupe en passe d'être repris

"Cette décision marque aussi l'aboutissement presque complet en moins de dix mois de la recherche de repreneurs pour les trois pôles d'activité du groupe, regroupant 21 sites industriels et près de 3.000 salariés. Il reste l'activité Pizza, la Société Som'Baker, pour laquelle des discussions en cours devraient aboutir dans les prochaines semaines", a commenté le président de FTL, Eric le Gouvello.

Le tribunal avait déjà validé le 15 juin la reprise par la coopérative bretonne Cooperl des emplois et actifs du pôle charcuterie-salaisons de FTL. Ce pôle détient notamment les marques Madrange, Paul Prédault ou Montagne Noire, et emploie 1.700 salariés.

Le 14 juin, le tribunal avait donné son feu vert à l'offre de reprise de l'activité pâtes fraîches du groupe, où travaillent plus de 150 personnes, par la société Pastacorp, détentrice des marques Lustucru et Rivoire & Carret.

Pour rappel, le maquillage des comptes de FTL avait été révélé par un audit mis en oeuvre peu après la mort de la dirigeante du groupe, Monique Piffaut, fin novembre 2016.

Y.D. avec AFP