BFM Business

Le portage salarial sauvera-t-il l'emploi?

Le portage salarial peut être une alternative à un statut de salarié parfois obsolète.

Le portage salarial peut être une alternative à un statut de salarié parfois obsolète. - Reynermedia - Flickr – CC

Le gouvernement mise sur ce dispositif qui offre un équilibre entre la sécurité du salariat et la liberté de l'indépendant pour vaincre le chômage. Voici en quoi il consiste, et ce qu'il pourrait devenir.

Des salariés très indépendants, mais très protégés, c'est le grand écart proposé par les sociétés de portage salarial à des freelances dans le secteur des services. Consultant, chef de projet… Tous ceux qui vendent leurs compétences intellectuelles à des clients, mais ne veulent pas s'embêter avec l'administratif, ou gagnent trop pour être autoentrepreneurs. Ou redoutent de perdre un jour missions et ressources. Une combinaison qui répond à une vraie demande.

Bientôt, le portage salarial pourrait se transformer en voie de retour vers l'emploi pour des chômeurs de plus ou moins longue durée, plus ou moins qualifiés. C'est le projet du gouvernement, comme l'a annoncé François Hollande dans son plan pour l'emploi. Cinq questions à Eric Atlani, fondateur de Concretio, l'un des leaders du portage salarial en France, pour tout comprendre de ce statut, et de comment il pourrait évoluer.

Qu'est-ce que le portage salarial?

Eric Atlani: C'est un système tripartite, qui met en relation un consultant, son ou ses clients, et l'entreprise de portage. Le consultant est responsable de sa clientèle. C'est lui qui définit toutes les conditions de sa mission: son prix, sa durée, ses objectifs. La société de portage, elle, ne sert qu'à faciliter toutes ses démarches administratives. C'est elle qui touche le paiement du client, et qui rémunère ensuite le salarié en fonction de son apport d'activité. C'est la clé du système: le salarié porté est responsable de sa clientèle.

Combien de temps un salarié peut être porté?

E.A.: La mission ne peut excéder 36 mois. Le consultant peut également décider de signer un CDD avec la société, juste pour le temps de sa mission avec un client donné. Dans l'informatique et le numérique, le secteur dans lequel officie majoritairement Concretio, la plupart des missions durent six mois. Souvent, les consultants n'ont pas envie d'adopter un statut d'indépendant pour une durée si courte, de gérer toute la paperasserie que cela engendrerait. Ils font donc appel à une société de portage le temps de leur mission.

Quels sont les avantages pour le salarié porté?

E.A.: Le consultant peut exercer son activité en toute sécurité. Il a signé un contrat de travail, qui lui garantit de toucher des indemnités chômage lorsqu'il quitte la société de portage, et également de cotiser pour sa retraite, son assurance maladie. Surtout, il ne pâtit pas d'éventuels retards de paiements de ses clients puisque la société de portage lui verse un salaire, corrélé aux facturations établies chaque mois. Si le client ne paie pas à l'heure, le salarié porté touche quand même son salaire. À la différence d'un indépendant, il n'a à souffrir d'aucun décalage de trésorerie. En outre, le consultant peut être défrayé, comme un salarié, se faire rembourser ses frais de bouche, de déplacements, etc.

Comment se rémunère la société de portage?

E.A.: Elle ponctionne entre 5 et 10% du chiffre d'affaires généré par le consultant. Un montant qui s'ajoute aux charges patronales et salariales sur les revenus d'activité du porté. En gros, sur 100 euros facturés, 10 euros vont à la société de courtage, 20 sont versés en cotisations patronales, 20 autres en cotisations salariales. Le consultant touche donc 50.

Comment pourrait évoluer le statut?

Actuellement, le cadre légal du portage salarial fixe un chiffre d'affaires minimum, à 230 euros par jour, et impose un minimum de qualifications au consultant. Il ne concerne en outre que les prestations intellectuelles, donc pas l'artisanat, ni le service à la personne. Le P.E.P.S, la fédération des Professionnels de l'Emploi en Portage Salarial, dont je fais partie, évoque en ce moment avec le gouvernement différents scénarios pour faire évoluer le dispositif et le rendre plus accessible, particulièrement aux chômeurs. L'idée serait par exemple de mieux former les chômeurs à des métiers d'avenir. Des activités spécifiquement adaptées au portage salarial, comme l'informatique et le numérique, qui révolutionnent la manière dont on travaille, à base de courtes missions, de projets spécifiques, de distanciation entre employeur et employé. Il est également envisagé de baisser le seuil de chiffre d'affaires imposé pour être porté.

K. est chef de projet web. Salariée portée depuis quelques mois, elle apprécie grandement le dispositif, qui lui permet de gérer ses clients comme elle l'entend, sans avoir à s'occuper de formalités administratives. Le fait de cotiser à la retraite et au chômage, et de pouvoir toucher des indemnités en cas de période de vaches maigres la sécurise.

Elle nuance toutefois légèrement l'avantage lié à l'avance en cas de retard de paiement du client. Pour fournir ce service, la société de portage assure ses arrières: elle fait évaluer par son assureur la solvabilité des clients du consultant préalablement à la signature du deal. Si l'un d'eux n'est pas jugé suffisamment fiable, elle peut exiger le paiement à la commande plutôt qu'à la facturation. Or les clients dont les capacités de paiement sont sujettes à caution sont bien souvent des petites structures qui ont peu de trésorerie. Quand le montant du contrat est élevé, elles peuvent dès lors préférer faire affaire avec un "vrai" indépendant qui n'exigera pas de versement en avance.

Nina Godart