BFM Business

Le moral des Français au plus bas depuis 1995

Les plus de 65 ans sont les plus pessimistes.

Les plus de 65 ans sont les plus pessimistes. - Frederick Bisson - Flickr - CC

Avec seulement 29% d'optimistes, le moral des Français est au niveau le plus bas jamais atteint depuis le lancement du baromètre, selon un sondage Ifop.

Le moral des Français n'a jamais été aussi bas. Aujourd'hui, seuls 29% des Français se déclarent optimistes pour leur avenir et celui de leurs enfants. Ils étaient 43% en août et 30% il y a un an, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France publié samedi 3 janvier. Il s'agit du plus bas niveau depuis février 1995, soit le lancement du baromètre.

La question posée était celle-ci: "En pensant à l'avenir, pour vous et vos enfants, diriez-vous que vous êtes très optimiste, plutôt optimiste, plutôt pessimiste ou très pessimiste?" 26% se disent "plutôt optimistes", 3% "très optimistes", tandis que 71% se déclarent pessimistes (45% "plutôt pessimistes" et 26% "très pessimistes").

Par tranches d'âges, les plus jeunes sont les plus confiants. Les 18-24 ans sont 41% d'optimistes. En revanche, les plus de 65 ans sont pessimistes avec seulement 24% de confiants. Par professions, les cadres sont confiants (43%), ce qui n'est pas le cas des professions intermédiaires (27%) ou des ouvriers (28%). Les sympathisants du Parti socialiste sont les plus optimistes (49%) en revanche, ils ne sont que 10% au Front national à croire en l'avenir.

Défiance à l'égard du gouvernement

"L'absence de croissance soutenue et l'attente, vaine pour l'instant, de résultats et de perspectives économiques et sociales ont altéré sensiblement la confiance dans le gouvernement", explique l'Ifop pour qui "la défiance à son égard s'est durablement installée dans de nombreux domaines".

22% seulement des personnes interrogées lui font confiance pour la lutte contre la pauvreté, 16% pour la lutte contre le chômage, 14% pour l'augmentation du pouvoir d'achat, 13% pour la baisse des impôts.

Les résultats sont moins médiocres pour la lutte contre l'insécurité (41% de confiance), la protection de l'environnement (39%) et l'intégration des personnes issues de l'immigration (36%).

D. L. avec AFP