BFM Business

Le MEDEF et la CGPME affichent leur insatisfaction

"Ce qui nous ennuie considérablement, c'est le déplafonnement des prud'hommes, car sachez que c'est un élément important pour que les employeurs, notamment les plus petits, puissent relancer l'emploi", a dit M. Gattaz, à sa sortie de la réunion à Matignon.

"Ce qui nous ennuie considérablement, c'est le déplafonnement des prud'hommes, car sachez que c'est un élément important pour que les employeurs, notamment les plus petits, puissent relancer l'emploi", a dit M. Gattaz, à sa sortie de la réunion à Matignon. - Patrick Kovarik-AFP

"Les représentants patronaux affichent leur mécontentement sur le texte remanié et présenté par Manuel Valls. Le Medef se dit déçu par le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales."

Les représentants des organisations patronales ont affiché leur mécontentement à l'issue de la présentation par le gouvernement du texte profondément remanié sur la réforme du code du travail.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, critique le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales et parle à son propos de "gros problème".

"Ce qui nous ennuie considérablement, c'est le déplafonnement des prud'hommes, car sachez que c'est un élément important pour que les employeurs, notamment les plus petits, puissent relancer l'emploi", a ajouté Pierre Gattaz. "Nous sommes déçus par ce déplafonnement, qui est un déplafonnement clé", a-t-il souligné.

Pour la CGPME, c'est une "réforme à l'envers"

Pierre Gattaz se dit globalement déçu et demande que l'on ne dénature plus le projet de réforme du code du travail. "S'il y a encore des reculades sur la réforme du travail, ce sera la fin des haricots" a déclaré le président du Medef.

"On est extrêmement déçus pour les PME qui sont ceux qui peuvent embaucher le plus. Le texte ne s'adresse pas au vrai problème qui tient au gisement d'emploi dans les TPE et les PME" a ajouté Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, sur l'antenne de BFMbusiness.

Le président de la CGPME a, pour sa part, estimé que "les modifications apportées à la réforme du code du travail font une réforme à l'envers", après l'annonce des modifications apportées par le gouvernement au projet de loi réformant le code du travail.

"Il y aura malheureusement peu d'avancées" concernant les TPE et les PME, a-t-il déclaré à la sortie de la réunion des partenaires sociaux à Matignon. "C'est bien ce que nous craignions, c'est une réforme à l'envers", a souligné François Asselin.

"Encore une fois, on a été écoutés, mais pas entendus", a regretté de son côté le président de l'UPA (artisans) Jean-Pierre Crouzet, évoquant une "déception, tant en matière prud'homale qu'en matière de représentativité". "Jusque-là, on avait eu quelques espoirs. Désormais, il n'y a plus rien", a-t-il ajouté.

Un avis partagé par l'UNAPL (professions libérales), pour qui le projet de loi "ne comporte plus aucune des quelques mesures pouvant s'avérer positives pour les TPE-PME". "Le gouvernement a donné la preuve criante qu'il ne s'intéressait pas aux petites et moyennes entreprises", a dénoncé dans un communiqué l'organisation.

F.Bergé avec AFP