BFM Business

La famille Peugeot répond aux critiques du gouvernement

L'actionnaire principal de la marque au lion assure avoir toujours privilégié la stratégie du groupe.

L'actionnaire principal de la marque au lion assure avoir toujours privilégié la stratégie du groupe. - -

L’actionnaire historique de PSA se défend face aux attaques formulées par l’exécutif à son égard. La famille affirme avoir toujours agi pour le bien du groupe.

La famille Peugeot riposte. Après l'annonce de la suppression de 8000 postes en France par PSA, le gouvernement a questionné la responsabilité des Peugeot, premier actionnaire du groupe. Arnaud Montebourg avait ainsi décidé mardi 17 juillet "d’inviter" les Peugeot pour "discuter" d’un "certain nombre de choses" que la famille aurait à dire au gouvernement. En filigrane, le ministre du Redressement productif semble bien vouloir demander des comptes à la famille.

Celle-ci a décidé de mettre les choses au clair, ce mercredi 18 juillet. Dans un communiqué de PSA, elle affirme ainsi avoir "toujours donné la priorité au développement du groupe et à sa stratégie, n'hésitant pas à diluer sa participation quand la situation le requérait".

Lors de l’entrée de General Motors au capital du constructeur automobile, en février dernier, la famille Peugeot avait effectivement réduit sa part dans le groupe de 31 à 25,4% (pour 38% des droits de vote), tout en souscrivant à l’augmentation de capital du groupe à hauteur de 133 millions d’euros.

Les Peugeot se défendent de pratiquer l'évasion fiscale

Arnaud Montebourg a aussi reproché à PSA d'avoir versé 250 millions d'euros de dividendes à ses actionnaires, donc aux membres de la famille. Concernant ce point précis, les Peugeot précisent que sur les quatre dernières années le groupe n'a versé des dividendes qu'en 2011, à l’occasion de son dernier exercice largement bénéficiaire. Le montant revenant à la famille s'établit à 78 millions, "à rapprocher des 133 millions d’euros investis" dans l’augmentation de capital, fait remarquer cette dernière.

Enfin, les Peugeot indiquent que tous ses membres travaillant pour PSA "résident en France et payent leurs impôts en France". Une manière d'essayer de couper court à toute rumeur d'évasion fiscale.

Mathieu Sevin et BFMbusiness.com