BFM Business

La CGT perd des plumes à la SNCF

La CGT n'a pas capitalisé sur les craintes nées de la prochaine réforme ferroviaire

La CGT n'a pas capitalisé sur les craintes nées de la prochaine réforme ferroviaire - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

A l'issue des élections professionnelles qui se sont déroulées jeudi 20 mars dans l'entreprise publique, la CGT demeure le premier syndicat représentatif mais en perdant des voix au profit des réformistes de l'Unsa et de la CFDT.

La CGT reste le premier syndicat chez les 165.000 cheminots. Mais elle a perdu un certain nombre de suffrages au profit de l'Unsa et de la CFDT lors des élections professionnelles du 20 mars. La participation a chuté de 73,84% en 2011 à 69,37%.

Selon la direction ce vendredi, la CGT a recueilli 35,64% des voix, soit une baisse de 1,69 point par rapport à 2011. L'Unsa a obtenu quant à elle 22,98% des suffrages, soit une hausse de 1,5 point, tandis que la CFDT, au quatrième rang, a totalisé 14,7% de votes, soit une progression de 0,94 point.

De son côté, SUD-Rail reste le troisième syndicat de l'entreprise publique, avec 16,99%, soit une baisse de 0,39 point. FO obtient, elle, 9,4% des voix (+0,82 point). Mais elle n'atteint pas le seuil des 10% permettant à un syndicat d'être représentatif dans l'entreprise publique.

Réforme ferroviaire

Pour la première fois, les deux syndicats réformistes, l'Unsa et la CFDT, représentent ensemble 37,68%, soit plus que la CGT. Et ce alors que la centrale dirigée par Thierry Lepaon est en pointe contre la future réforme ferroviaire annoncée par le gouvernement.

Selon le directeur des ressources humaines de l'entreprise, François Nogué, ces résultats montrent que "la recomposition syndicale de la SNCF qui est en cours depuis plusieurs années se confirme et s'accentue, et ils témoignent de la transformation du groupe".

P.C avec AFP