BFM Business

La CGT ouvre le bal de la contestation sociale

Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, veut mobiliser contre le plan d'économies engagé par le gouvernement.

Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, veut mobiliser contre le plan d'économies engagé par le gouvernement. - Betrand Guay - AFP

L’organisation syndicale a appelé à une mobilisation intersyndicale le 16 octobre prochain, pour manifester contre la politique économique du gouvernement. Une date qui ne doit rien au hasard.

La tendance n’était pas au beau fixe, mais le virage social-libéral amorcé par l’exécutif pourrait tendre un peu plus ses rapports avec les syndicats. Le tout alors que le plan prévoyant 50 milliards d’économies, validé par l’Assemblée nationale en avril, est resté en travers de la gorge de certains. C’est le cas de la CGT, qui a appelé à une mobilisation intersyndicale le 16 octobre prochain.

"Dans le cadre des politiques d'austérité menées par ce gouvernement dans le cadre du pacte de responsabilité, on parle beaucoup des 41 milliards d'euros donnés au patronat, c'est un affront pour les salariés. On parle moins des économies budgétaires, les 51 milliards, qui sont engagées", a ainsi indiqué Thierry Lepaon, son secrétaire général, vendredi sur France 2.

Le PLFSS ne doit "pas être voté en l'état"

Le choix du 16 octobre ne doit rien au hasard, puisque le projet de loi de financement de la Sécurité sociale sera alors débattu dans l’Hémicycle. 

"On sait aujourd'hui que dans le cadre du projet de loi de finances les économies seront faites en grande partie sur la santé au moment même où l'hôpital public manque de moyens", a-t-il ajouté, précisant que l'objectif était que le projet de loi ne soit pas "voté en l'état".

Le plan du gouvernement prévoit 50 milliards d’économies, dont 18 milliards à la charge de l’Etat et 11 milliards pour les collectivités locales. En outre, l’Assurance-maladie devra économiser 10 milliards d’euros, les 11 milliards restants seront à chercher du côté de la protection sociale.

Yann Duvert avec Reuters