BFM Business

L'université, la vraie clé de la compétitivité?

L'université de Sophia Antipolis veut prendre exemple sur les campus américains

L'université de Sophia Antipolis veut prendre exemple sur les campus américains - -

L'université de Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes, vient de se doter d'un nouveau pôle d'excellence. Avec pour objectif de rapprocher l'université et l'entreprise.

C'est le mot que vous allez le plus entendre aujourd'hui : compétitivité, avec la remise ce lundi du très attendu rapport Gallois. Mais la compétitivité d'un pays se joue aussi au niveau universitaire. Illustration à Sophia Antipolis, dans le sud de la France, qui vient de se doter d'un nouveau pôle d'excellence, Sophia Tech. L'objectif: rapprocher le monde universitaire du monde de l'entreprise.

Les campus américains en exemple

Le modèle de SophiaTech : les campus américains. Le pari est de créer un bouillonnement intellectuel sur 18 000 mètres carrés. Université, école d'ingénieur, laboratoires de recherche du CNRS et de l'Ecole des Mines... L'enjeu ? Réaliser des avancées dans des champs spécifiques, comme la biologie computationnelle, c'est-à-dire assistée par informatique, ou encore la simulation dans les domaines de l'eau et de l'énergie. Puis travailler en partenariat avec des entreprises, que ce soit des industriels ou les start-up de la toute nouvelle pépinière d'entreprises de Sophia Antipolis. L'emplacement est stratégique, au coeur de la Silicon Valley française.

On se rapproche du modèle américain, connu pour son imbrication entre université et entreprises. Même si en termes d'échelle, on est très loin des machines de guerre que sont les grandes universités aux Etats-Unis. Le projet Sophia Tech a coûté 73 millions d'euros, quand le budget annuel d'Harvard ou Stanford se chiffre en milliards.

Anthony Morel