BFM Business

L'épargne salariale serait débloquée dès cet été

Le déblocage exceptionnel de l'épargne salariale va s'appliquer dès juillet

Le déblocage exceptionnel de l'épargne salariale va s'appliquer dès juillet - -

La proposition de loi sur le déblocage exceptionnel de l'épargne salariale est discutée ce mardi 23 avril en commission à l'Assemblée nationale. Elle sera votée le 13 mai pour une application dès juillet. Tous les avoirs bloqués dans un dispositif d'épargne salariale sont concernés, sauf les Perco.

Donner un coup de pouce à la consommation. Voilà l'idée générale de la proposition de loi sur le déblocage de l'épargne salariale des députés PS Bruno Le Roux, Christian Eckert et Catherine Lemorton, qui est discutée ce mardi 23 avril, à l'Assemblée nationale. Elle sera votée le 13 mai et devrait s'appliquer dès juillet.

Les Echos de lundi 22 avril révèlent que le texte prévoit un montant maximal de 20.000 euros par bénéficiaire, un montant déblocable pendant six mois. Le texte n'imposerait pas de devoir justifier un achat spécifique. Dans le JDD du 21 avril, le rapporteur du Budget, Christian Eckert reconnait qu'"on risque de favoriser les produits importés comme les téléviseurs. Mais il faut donner un peu d'oxygène aux ménages qui ont du mal à boucler les fins de mois". Les banques, elles, craignent que l'argent parte directement sur les Livrets A.

Déblocage de l'intéressement

Toujours selon Les Echos, le texte prévoit aussi le déblocage de l'intéressement. Tous les avoirs bloqués dans l'un des dispositifs d'épargne salariale (compte courant bloqué, PEE, PEI) sont concernés, mais pas ceux qui sont placés dans un plan d'épargne retraite collectif (Perco) et ni ceux investis dans les fonds solidaires.

Les derniers déblocages de participation, en 2004, 2005 et 2008, n'ont pas eu le succès attendu. Ainsi en 2008, les salariés ont sorti 3.000 euros en moyenne, soit 3,9 milliards sur les 60 milliards d'euros prévus par le gouvernement.

Cette année, le gouvernement autorise un déblocage pouvant aller jusqu'à 20.000 euros alors que les salariés ne détiennent en moyenne que 8.000 euros.

Diane Lacaze (texte) avec Julien Migaud-Muller (reportage vidéo)