BFM Business

L'égalité professionnelle hommes-femmes au menu de l'Assemblée

Seules 23% de femmes siègent dans les conseils d'administration français, et 3% sont PDG.

Seules 23% de femmes siègent dans les conseils d'administration français, et 3% sont PDG. - -

Les députés se penchent ce 20 janvier sur le projet de loi renforçant l'égalité hommes-femmes. Il prévoit des mesures coercitives pour les entreprises qui ne jouent pas le jeu. Dans le monde professionnel, cette égalité reste problématique. Témoignages.

Le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes arrive à l'Assemblée nationale ce lundi 20 janvier. Le texte aborde toutes les dimensions de la parité, de la violence faite aux femmes à leur image dans les médias en passant par l'égalité professionnelle.

Sur ce dernier plan, il est question de "favoriser le retour des femmes vers l'emploi" et de "rééquilibrer la répartition des responsabilités parentales au sein du couple".

Il est également prévu de rendre l'égalité professionnelle plus coercitive pour les entreprises. Ainsi, des sociétés reconnues comme discriminantes vis-à-vis des femmes pourraient se voir interdire de "soumissionner aux marchés publics".

Après des années de lutte et de loi en faveur d'une plus forte représentativité des femmes dans les postes à responsabilité, ces derniers sont encore majoritairement occupés par des hommes. Seules 23% de femmes siègent dans les conseils d'administration français, et 3% de PDG sont de sexe féminin. Un problème culturel?

Comment démontrer que vous êtes bien pro?

"On donne un crédit à un homme quand il rentre dans une pièce de négociation, on ne donne pas forcément ce crédit à une femme", estime Viviane Chaine-Ribeiro, PDG de Talentia Software, un éditeur de logiciel de gestion financière, un monde plutôt masculin.

"Vous avez un laps de temps, la première demi-heure, pour démontrer que vous êtes dans la prise de décision, que vous êtes une vraie pro", pointe-t-elle.

Une perception qui n'est pas basée sur les performances de la PDG. A son arrivée il y a sept ans, l'entreprise était déficitaire. Depuis, le chiffre d'affaires a été multiplié par plus de trois, et les résultats sont dans le vert.

Côté management, elle emploie plus de femmes que la moyenne du secteur. Elle propose des aménagements, comme pour Jessica, gestionnaire de paye, bientôt maman de son deuxième enfant, qui s'est vue proposer de passer de un à deux jours de télétravail par semaine.

A 61 ans, Viviane Chaine Ribeiron ne pense pas une seconde à la retraite. Et avec des filiales en Italie, en Espagne et en Angleterre, elle passe 40% de son temps en déplacement.

Dorothée Balsan et Nina Godart