BFM Business

Jean-Claude Mailly va-t-il quitter la tête de FO?

Jean-Claude Mailly pourrait démissionner.

Jean-Claude Mailly pourrait démissionner. - Alain Jocard - AFP

Jean-Claude Mailly doit quitter son poste de secrétaire général de Force Ouvrière en avril. Mais isolé au sein de son organisation, cela pourrait avoir lieu plus tôt.

Jean-Claude Mailly et les militants de FO peinent à s'entendre depuis plusieurs semaines. En effet, le secrétaire général a été largement critiqué sur ses positions jugées trop modérées concernant la réforme du code du travail. Depuis septembre, Jean Claude-Mailly a pris la décision de ne pas manifester contre les ordonnances réformant ce code. Il fallait "mener la bagarre avant" la fin de la concertation sur la réforme du code du travail et non pas "quand tout est fini", déclarait-il début septembre.

Une décision qui n'a pas forcément été comprise par tous les membres de son syndicat. D'ailleurs de nombreux militants FO se sont joints aux mobilisations des 12 et 21 septembre à l'appel de 58 unions départementales et 8 fédérations. La fédération FO des transports routiers a, elle, appelé à manifester cette semaine. "Les statuts confédéraux disent que les fédérations ont une pleine autonomie politique et administrative, donc elles ont le droit de faire ça", a déclaré Jean-Claude Mailly lorsqu'il l'a appris. "Ils prennent leurs responsabilités, à eux de gérer le mouvement". Et il a ajouté: "Une fédération à Force ouvrière décide ce qu'elle veut, elle n'a pas à demander mon avis, que je sois d'accord ou pas".

Le CCN "était très chaud, tendu, compliqué"

Jeudi et vendredi s'est tenu au siège parisien de FO un Comité confédéral national (CCN), sorte de réunion du "Parlement" avec toutes les unions départementales et fédérations de FO. L'une des demandes était l'organisation d'une journée de mobilisation contre la réforme du code du travail. Il faut rappeler que deux fois, Jean-Claude Mailly a mis sa démission dans la balance contre un appel de FO à la mobilisation. Le CCN "était très chaud, tendu, compliqué", a témoigné un responsable syndical. Selon cette source, Jean-Claude Mailly "s'est retrouvé dans la situation désagréable d'être en minorité, car une majorité souhaitait une journée de mobilisation et le retrait du texte".

D'après Le Parisien, les 143 secrétaires d'union départementales, de fédérations et d'organisations ont voté, 123 voix pour et 20 abstentions, une résolution qui se veut "contre les ordonnances. FO est déterminée à défendre le droit des salariés (…). Une mobilisation interprofessionnelle avant la ratification est nécessaire".

Lors du discours de clôture du CCN, Jean-Claude Mailly aurait déclaré: "Mes camarades, je considère que le bureau (à savoir, le gouvernement de la centrale) est mis en minorité. Je réunirai le bureau confédéral exécutif lundi et je vous tiendrai informé de la suite".

D. L.