BFM Business

Il y a eu 90.000 demandeurs d'emploi en plus en 2015

En décembre, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a progressé de 15.800 sur un mois. Sur l'ensemble de l'année 2015, la hausse est de 90.000, deux fois moins qu'en 2014.

Le yo-yo n'a pas cessé sur les chiffres du chômage. Ce mercredi 27 janvier, le ministère du Travail a publié son relevé mensuel des inscrits à Pôle Emploi pour le mois de décembre 2015. Il en ressort que sur la catégorie principale, la catégorie A (sans aucune activité), le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 15.800 unités par rapport à novembre, ce qui efface la légère baisse enregistrée le mois dernier (-15.000). Au total, Pôle Emploi recensait 3,59 millions d'inscrits en catégorie A en décembre, un nouveau record.

L'accalmie n'est donc toujours pas arrivée. La ministre du Travail Myriam El Khomri, elle, préfère voir le verre à moitié plein. "Ce résultat du mois de décembre traduit notamment les effets de la baisse d’activité enregistrée par plusieurs secteurs dans le contexte que nous avons connu en novembre et décembre", explique-t-elle dans un premier temps, citée dans un communiqué.

Mais elle poursuit en soulignant que "2015 a marqué une inflexion", notant que l'économie tricolore a recommencé à recréer des emplois avec 46.000 créations nettes.

2015, une année moins noire que 2014

Ce n'est toutefois pas parce qu'une économie crée plus d'emplois qu'elle n'en détruit que le chômage baisse. La ministre le concède d'ailleurs volontiers: "Comme nous connaissons plus d’entrées sur le marché du travail que de départs en retraite, ces créations d’emploi n’ont toutefois pas permis de diminuer le chômage".

Néanmoins il faut reconnaître que 2015 a été une année a priori moins noire pour l'emploi que 2014. Sur l'ensemble de 2015, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a progressé de 89.900 unités, pour un total de 3,59 millions. C'est plus de deux fois moins qu'en 2014 (+189.100) voire 2013 (+175.000). Il s'agit même de la plus faible hausse depuis l'année 2010.

Il n'en reste pas moins que la tendance est encore mauvaise puisque sur les trois derniers mois de 2015, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a progressé de 42.800, en raison d'un mois d'octobre particulièrement exécrable.

+5% sur les catégories A, B et C

De plus, si le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a très relativement peu progressé en 2015 (+2,6%), en incluant les catégories B et C (où les chômeurs peuvent exercer une activité réduite), le chiffre affiche une hausse de 5% (+259.000 personnes) sur un an, à 5,475 millions de demandeurs d'emploi. Ce qui suggère que de nombreuses personnes peuvent sortir un temps de la catégorie pour signer des contrats courts (interim, CDD)

Pour enrayer cette mauvaise dynamique, François Hollande avait dévoilé un plan pour l'emploi au début de la semaine dernière, avec une prime à l'embauche de 2.000 euros pour les TPE-PME et la formation de 500.000 chômeurs. Des mesures qui n'ont pas franchement convaincu les économistes.

"À court terme, ces mesures auront certainement un effet favorable, même si la question de leur mise en œuvre (notamment pour les formations) et de leur financement reste posée. À plus long terme, l’effet est beaucoup plus ambigu", expliquait alors à BFMbusiness.com l'économiste du Coe-Rexecode Axelle Lacan. D'autant plus problématique qu'on ne répètera jamais assez que François Hollande a fait de l'inversion de la courbe du chômage une condition pour pouvoir être candidat à sa propre succession en 2017.

J.M.