BFM Business

Heuliez va déposer son bilan

Ségolène Royal avait fait d'Heuliez une véritable vitrine

Ségolène Royal avait fait d'Heuliez une véritable vitrine - -

La PME, dont Ségolène Royal a plusieurs fois vanté les mérites, va, selon les informations du Monde.fr, ce lundi 8 avril, déposer le bilan, pour la troisième fois en cinq ans. 280 emplois sont menacés.

Cela risque d'être un dossier sur lequel Ségolène Royal va à nouveau s'investir avec détermination. La nouvelle vice-présidente de la BPI et patronne de la Région Poitou-Charentes, s'était, en effet, félicitée du sauvetage, en 2010 d'Heuliez, le groupe de carrosserie automobile spécialisé entre autres dans la production de véhicule électrique, en mettant en avant les atouts de ce groupe qui a son siège dans les Deux-Sèvres.

Seulement, selon des informations du Monde.fr, de ce lundi 8 avril, tout va désormais être à refaire. Le carrossier a ainsi annoncé, ce lundi, lors d'un comité d'entreprise, qu'il allait déposer le bilan, pour la troisième fois en cinq ans et demie, menaçant par la même un total de 280 emplois.

Heuliez doit désormais se déclarer en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Niort avant d'être placé en redressement judiciaire. Un administrateur judiciaire devra ensuite trouver d'éventuels repreneurs. LeMonde.fr évoque "deux industriels étrangers" qui seraient déjà en contact avec la société.

Scindée en deux

En 2010, Heuliez avait été scindé en deux, pour être reprise par deux groupes différents. Baelen Gaillard Industrie (BGI) a repris les activités d'emboutissage et de carrosserie du groupe, gardant le nom d'Heuliez. C'est cette dernière entité qui est aujourd'hui menacée.

La production de voitures électrique était, elle, passée aux mains de l'industriel allemand Edwin Kohl, aidé par le conseil régional de Poitou-Charentes. Le constructeur avait alors pris le nom de Mia Electric.

J.M.