BFM Business

GM&S: Bruno Le Maire promet de négocier des hausses de commandes

L'usine de GM&S est occupée depuis le 11 mai

L'usine de GM&S est occupée depuis le 11 mai - Pascal Lachenaud - AFP

Dans un communiqué, le nouveau ministre de l'Économie affirme qu'il fera "tous les efforts nécessaires" pour que la société soit pérenne. Il avait reçu dans l'après-midi les représentants du personnel de l'équipementier.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est engagé vendredi à déployer "tous les efforts nécessaires pour garantir l'accroissement des commandes" des constructeurs automobiles clients de l'équipementier en difficulté GM&S, menacé de liquidation judiciaire, selon un communiqué de Bercy.

Bruno Le Maire, qui s'est entretenu avec des représentants du personnel de GM&S à Bercy vendredi après-midi, a prévu d'informer l'intersyndicale de l'issue de ces discussions avec les constructeurs clients d'ici à la décision du tribunal de commerce de Poitiers le 23 mai sur l'avenir du site de l'entreprise à La Souterraine, dans la Creuse, qui emploie environ 280 salariés.

Une entreprise à adapter

La pérennité de l'activité de ce site "devra également s'accompagner d'une adaptation de l'entreprise aux conditions et standards de concurrence", est-il toutefois précisé dans le communiqué.

L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz. Alors que l'entreprise est en redressement judiciaire depuis décembre, les salariés entendent faire pression sur PSA et Renault pour qu'ils s'engagent sur un volume de commandes suffisant et l'affectation de nouveaux marchés.

J.M. avec AFP