BFM Business

Gilles Carrez (UMP): "les annonces, ça suffit!"

Gilles Carrez, le président (UMP) de la commission des Finances de l'Assemblée, était l'invité de BFM Business.

Gilles Carrez, le président (UMP) de la commission des Finances de l'Assemblée, était l'invité de BFM Business. - -

Le président de la commission des Finances de l'Assemblée était l'invité de BFM Business, jeudi 16 janvier. Même s'il a apprécié le discours de François Hollande sur le fond, il reste en revanche très sceptique quant aux 50 milliards d'euros d'économies annoncées.

Les annonces de François Hollande continuent d'agiter la classe politique. Invité de BFM Business, ce jeudi 16 janvier, Gilles Carrez a ainsi approuvé la nouvelle trajectoire du chef de l'Etat, mais a demandé des actes.

Le président (UMP) de la commission des Finances de l'Assemblée n'a d'ailleurs pas critiqué le président français sur le fond, mais plutôt sur la forme. "Le président propose ce que nous (l'UMP), nous avons élaboré début 2012, juste avant les élections présidentielles. Nous avons eu tort de le faire si tard", a-t-il reconnu. "Mais, et c’est pire, à peine avaient-ils gagné que les socialistes ont supprimé ce que nous avions voté, par idéologie et dogmatisme. Et puis il a fallu attendre le rapport Gallois pour se rendre compte qu’il y avait un problème de compétitivité."

"Maintenant que le président retrouve le bon chemin, il faut porter là-dessus une appréciation positive", a-t-il poursuivi. En revanche, j’ai de la peine à croire cette promesse car, d’une part, depuis deux ans, il a fait tout le contraire. D’autre part, ça n’est absolument pas financé".

"Cela fait un an que je cherche les économies"

L'élu s'est, par contre, montré méfiant quant aux économies de 50 milliards d'euros annoncées par François Hollande.

"Je préside la Commission des finances, nous avons des moyens d'investigation, cela fait un an que je cherche les économies !", s'est-il exclamé. Je ne sus pas capable, ce soir, de vous dire où elles sont. J’observe également que chaque jour, un ministre annonce des dépenses supplémentaires. Aujourd’hui, c’est Vincent Peillon qui annonce 300 millions pour les Zep, demain, ce sera Jean-Yves Le Drian, etc."

"Mardi prochain, la commission des Finances va auditionner Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve sur l’exécution 2013. Que va-t-on constater ? Que sur le budget de l’Etat, les dépenses effectives ont été de 2,5 milliards d’euros supérieures à celles de 2012", a-t-il assuré. "Je ne veux pas discuter des prévisions, ce qui m’intéresse, ce sont les réalisations ! Les annonces, ça suffit ! On jongle avec des dizaines de milliards et quand on regarde les faits, on s’aperçoit que les économies ne sont pas au rendez-vous.

Y. D.