BFM Business

Galeries Lafayette signe un accord pour ouvrir tous ses magasins le dimanche

Avec ce texte, tous les magasins Galeries Lafayette disposent désormais d'un accord pour ouvrir le dimanche.

Avec ce texte, tous les magasins Galeries Lafayette disposent désormais d'un accord pour ouvrir le dimanche. - Denis Charlet-AFP

Selon la CFDT, l'accord fixe un plafond de quinze dimanches travaillés par an, sur la base du volontariat et payés double.

En province, les Galeries Lafayette ont renégocié un accord qui permettait déjà à certains de ses magasins d'ouvrir le dimanche. Cet accord concernant l'entité MGL des Galeries Lafayette, qui regroupe essentiellement les magasins de province, a été signé vendredi 4 mai par la CFDT, la CFE-CGC et FO (plus de 50% à eux trois), selon les mêmes sources.

Le texte signé porte sur onze magasins sachant que le magasin de Paris boulevard Haussmann est ouvert le dimanche depuis janvier 2017. Outre ceux déjà ouverts, il concerne le magasin Lafayette Gourmet à Paris, un deuxième établissement à Nice, ainsi qu'un Lafayette Gourmet dans cette ville, et le magasin de Dijon.

Tous n'ont pas vocation à être ouverts tous les dimanches de l'année même si le texte en donne la possibilité, a indiqué la direction, interrogée par l'AFP.

L'accord fixe un plafond de 15 dimanche travaillés

Avec ce texte, les Galeries Lafayette disposent désormais d'un accord pour tous leurs magasins ouverts le dimanche. Depuis la loi Mallié de 2009 sur l'extension du travail dominical, quelques magasins étaient ouverts en région -régulièrement ou pas- le dimanche, comme à Nice, Cannes, Marseille (deux établissements), Bordeaux, Biarritz et Rosny-sous-Bois, en région parisienne. L'entité MGL disposait pour cela d'un accord, qu'il a donc fallu renégocier.

Selon la CFDT, cet accord fixe un plafond de quinze dimanche travaillés par an, sur la base du volontariat. Il prévoit pour les douze premiers dimanches une majoration de 100% (payés double) et une récupération. Les dimanches suivants sont payés double sans récupération. Sont prévus aussi une aide à la garde d'enfants (60 euros par dimanche) et des facilités pour les transports, a précisé un représentant du syndicat.

La fédération FO du commerce et la CGT opposées à cet accord

La fédération FO du commerce, opposée au travail dominical et à cette signature, a indiqué qu'elle réunirait ses instances lundi à ce sujet. Quant à la CGT, qui n'a pas signé le texte, elle a dénoncé dans un communiqué un "forcing acharné" de la direction des Galeries Lafayette pour obtenir cet accord, négocié depuis janvier, avec lequel "un nouveau pas est franchi dans la banalisation du travail dominical".

Soulignant la "lourde responsabilité" des signataires, la fédération CGT du commerce observe aussi que "la question du travail dominical se poserait différemment si le niveau des salaires répondait aux besoins des salariés".

F.B avec AFP