BFM Business

Formation professionnelle: la CGT rejette l'accord

Thierry Lepaon, le leader de la CGT, à la sortie d'un entretien avec Jean-Marc Ayrault en novembre dernier.

Thierry Lepaon, le leader de la CGT, à la sortie d'un entretien avec Jean-Marc Ayrault en novembre dernier. - -

La Commission exécutive de l'organisation syndicale a validé, ce mardi 7 janvier, le refus de la centrale de signer l'accord portant sur la formation professionnelle. Le bureau confédérale de la CGT lui avait proposé de prendre une telle décision.

Après la CGPME, la CGT devient officiellement le deuxième partenaire sociale à refuser l'accord sur la formation professionnelle noué le 14 décembre dernier.

Ce mardi 7 janvier, la commission exécutive de la CGT a ainsi validé le refus de la centrale de signer l'accord, après "consultation des Fédérations et des Unions départementales" (parlement de la CGT)". C'est ce qu' a indiqué à l'AFP un cadre dirigeant de la centrale.

Le bureau confédéral (direction de dix membres), présidé par le secrétaire général Thierry Lepaon, avait proposé le 19 décembre au parlement et à la Commission exécutive de donner un avis négatif sur cet accord.

Des tensions

La centrale reproche à ce texte de "baisser les obligations de formation pour les grandes entreprises" et de prescrire des droits à la formation sans "garanties de financement".

La question avait suscité des tensions au sein de la centrale, une partie de la direction étant favorable au texte. Mais la délégation de négociateurs s'était vivement opposée à l'accord et la direction avait suivi son avis.

Il s'agit de la troisième réforme majeure du gouvernement de gauche, après celle sur le marché de l'emploi et les retraites, que le premier syndicat français refuse d'agréer.

J.M. avec AFP