BFM Business

Fonctionnaires et fiers de l'être !

Les fonctionnaires et les Français sont pessimistes par rapport à l'avenir du service public.

Les fonctionnaires et les Français sont pessimistes par rapport à l'avenir du service public. - -

Selon une étude du cabinet Deloitte parue lundi 15 octobre, 95% des membres de la fonction publique sont fiers d'y appartenir. Et contrairement à ce que les clichés véhiculent, ils veulent que leur métier évolue.

Comment les fonctionnaires se jugent-ils ? Comment sont-ils jugés par les Français ? Souvent l’objet de clichés moqueurs, ces derniers sont pourtant fiers d’appartenir à la fonction publique, selon une récente étude du cabinet Deloitte. 95% d’entre eux sont dans ce cas. Leur rémunération ne représente pas non plus un problème : 74% estiment qu’elle est adaptée à leur situation de travail.

Pour autant, les fonctionnaires sont largement favorables à des évolutions dans le secteur public. Il veulent bouger: 76% se déclarent motivés par la mobilité, parce qu'elle s'accompagne généralement de promotions et d'augmentations de salaires. Simplement, ils demandent un meilleur accompagnement de cette mobilité.

Le stéréotype qui veut qu'ils manquent d'ambition prend ainsi un coup. D'autant plus que 67% souhaitent une gestion individualisée de leur carrière, et 71% un développement de l'évaluation dans la fonction publique, avec des critères d'efficacité, de performance. En revanche, si 83% pensent que l'individualisation de leur rémunération va se développer, ils ne sont toujours que 30% à y être favorables.

Les Français relativement sévères avec les fonctionnaires

Du côté des Français, l’image de "leurs" fonctionnaires est relativement mitigée. Evalués par leurs compatriotes, les agents de la fonction publique obtiennent tout juste la moyenne. S’ils sont jugés plutôt intègres et compétents (ils obtiennent respectivement 5,6 et 5,5/10), les fonctionnaires sont pointés du doigt sur la qualité de service et la transparence (4,8 et 4,4/10).

S’il n’y avait qu’une chose à améliorer, ce serait la rapidité des réponses apportées aux demandes des usagers, répondent 69% des Français. Malgré tout, le pessimiste est de rigueur concernant une amélioration du service public. 45% des Français et 57% des fonctionnaires pensent qu’il va se détériorer.

Enfin, la question de l’emploi à vie divise toujours autant. Une moitié des Français souhaite son maintien, l’autre moitié sa suppression.

BFMbusiness.com