BFM Business

Florange, un "canard boîteux" pour le patron de la BPI

Jean-Pierre Jouyet n'a pas peur de parler de "canard boîteux" lorsqu'il évoque le site industriel de Florange.

Jean-Pierre Jouyet n'a pas peur de parler de "canard boîteux" lorsqu'il évoque le site industriel de Florange. - -

A une question qui lui était posée sur un potentiel soutien à l’aciérie ArcelorMittal, Jean-Pierre Jouyet, le futur président de la Banque publique d'investissement a déclaré que "la BPI aura vocation à maintenir l'activité et non pas à aider les canards boiteux".

Le président de la future BPI ne mâche pas ses mots ce vendredi 19 octobre. La Banque publique d'investissement (BPI), qui doit voir le jour début 2013, n'a pas vocation "à aider les canards boiteux", a déclaré Jean-Pierre Jouyet sur Europe 1, à propos d’un éventuel soutien au site industriel de Florange. Le propriétaire du site, ArcelorMittal, a en effet décidé de fermer l’aciérie, déjà à l’arrêt depuis plus d’un an. La vocation de cette structure, dont les contours et la direction ont été révélés par le gouvernement mercredi, sera de "maintenir l'activité", a-t-il ajouté ce matin.

Egalement interrogé sur le cas de PSA Peugeot-Citroën, qui prévoit une vaste restructuration pour tenter de résoudre ses problèmes de surcapacités en Europe, Jean-Pierre Jouyet se fait plus diplomate. Pour ce qui est de l'opportunité pour la BPI d'intervenir dans le dossier, l’actuel directeur de la Caisse des dépôts assure ne pas considérer que "ça ne [le] regarde pas", mais prévient que "la BPI aura vocation à financer essentiellement des PME et des entreprises de taille intermédiaire".

Par ailleurs, cette banque aura pour objectif de "prévenir les difficultés des entreprises" et "le chômage". "Elle aidera à ce qu'il y ait de nouvelles activités", pour remplir son rôle: être "au service de l'avenir", indique l’ancien ministre des Affaires européennes. "Pour le reste, dit Jean-Pierre Jouyet en référence à Florange et PSA mais aussi à Sanofi, Alcatel-Lucent, Air France et Areva, c'est à d'autres dispositifs de jouer si nécessaire".

BFMbusiness.com & AFP