BFM Business

Financement des syndicats: "aucune évolution", selon Nicolas Perruchot

Nicolas Perruchot est l'auteur d'un rapport sur l'argent des syndicats.

Nicolas Perruchot est l'auteur d'un rapport sur l'argent des syndicats. - -

L'ex-député centriste et auteur d'un rapport sur l'argent des syndicats a estimé, ce vendredi 3 janvier, que le futur projet de loi du gouvernement manquait d'ores et déjà d'ambition. Interrogé par BFM Business, il a notamment plaidé pour un "contrôle parlementaire".

Comment réformer le financement des syndicats et des organisations patronales? C'est l'un des enjeux du projet de loi qui sera au menu du Conseil des ministres, le 22 janvier prochain.

Les premières pistes ont été dévoilées ce vendredi 3 janvier par L’Opinion : Michel Sapin, ministre du Travail, envisage de créer un fond paritaire, par lequel transiterait tout l'argent. Une manière de rendre le financement plus transparent.

Mais pour Nicolas Perruchot, conseiller régional et auteur d'un rapport sur l'argent des syndicats, on est loin de la révolution annoncée.

"On sait tous qu’il y a une énorme carence, on sait également que les cotisations ne représentent quasiment plus rien dans le budget des organisations syndicales et patronales" a-t-il affirmé, interrogé par BFM Business "mais on ne fait rien pour modifier cet état".

"On reste dans un dialogue entre l'Etat et les partenaires sociaux"

"Certes, un nouveau fonds va être créé" a-t-il poursuivi. "Dans la répartition des postes au conseil d’administration de ce fonds, il y aura 50% pour les organisations patronales, 50% pour les organisations syndicales, et un représentant de l’Etat. J’aurais trouvé intéressant que des membres de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée et du Sénat y siègent, par exemple."

"Comme toujours, dès que l’on parle du financement des organisations syndicales et patronales, on ne veut jamais introduire un contrôle parlementaire" a assuré l'ancien député centriste. "Il n’y a aucune évolution, on reste dans un dialogue entre l’Etat et les partenaires sociaux".

BFM Business