BFM Business

Eric Courtreille (La Redoute): "notre magasin, aujourd'hui, c'est internet"

Eric Courteille, le corepreneur de La Redoute, était l'invité de BFM Business, vendredi 10 janvier.

Eric Courteille, le corepreneur de La Redoute, était l'invité de BFM Business, vendredi 10 janvier. - -

L'un des deux repreneurs de l'entreprise en difficulté était l'invité de BFM Business, ce vendredi 10 janvier. Il a évoqué le lourd plan social annoncé la veille, prévoyant la suppression de 1.178 poste à La Redoute.

Au lendemain de l'annonce de près de 1.200 suppressions de postes à La Redoute, les salariés accusent le coup. Mais Eric Courtreille, le corepreneur de l'entreprise en difficulté, a été clair: "il faut passer par ce plan social pour assurer la pérennité de l'entreprise".

Invité de Good Morning Business, ce vendredi 10 janvier, le futur dirigeant a ainsi évoqué un "plan social responsable", dû à "un nécessaire redimensionnement" de l'entreprise. Et il a tenu à assurer que les conditions de départ des salariés feraient l'objet d'une attention particulière.

Les "mesures d'âge" et le plan de départs volontaires devraient ainsi pousser un nombre "significatif" d'employés au départ. Du coup, selon lui, le nombre de départs contraints sera "inférieur à celui de 2008 (lors du précédent plan social), c'est à dire 672."

La Redoute "mieux que Coca Cola" en termes de notoriété assistée

En outre, Eric Courtreille a mis l'accent sur les armes à sa disposition pour relancer La Redoute. Parmi elles, un taux de notoriété assistée de 99% chez les 18-65 ans. "C’est un des éléments d’actif important de La Redoute", a-t-il reconnu. "C’est mieux que Coca Cola en France, en termes de notoriété assistée. Il y a de belles choses à faire."

Malgré tout, l'entreprise a pris un certain retard vis-à-vis de ses concurrents. "La logistique est obsolète", a-t-il affirmé, reconnaissant un déficit de "30% de productivité (...) par rapport aux acteurs du e-commerce". Du coup, c'est l'ensemble de la stratégie qui devra être repensée. Et même si le célèbre catalogue devrait perdurer (dans une nouvelle version), "notre magasin, aujourd'hui, c'est internet", a lancé Eric Coutreille. "On va y arriver", a-t-il assuré.

Y. D.