BFM Business

En 2016, il faudra travailler un jour de plus

2016 est une année bissextile durant laquelle sur 11 jours fériés, trois (les 1er et 8 mai, ainsi que le 25 décembre) tomberont un dimanche.

2016 est une année bissextile durant laquelle sur 11 jours fériés, trois (les 1er et 8 mai, ainsi que le 25 décembre) tomberont un dimanche. - Franck Perry - AFP

Pour les salariés, la nouvelle année démarre par une nouvelle un peu rude. Le calendrier va les contraindre de travailler une journée de plus qu’en 2015. Mais pour la croissance, cette journée peut rapporter gros... ou presque.

Les années passent, mais ne se ressemblent pas toujours. Celle qui vient de commencer va en faire la démonstration aux dépens des salariés. En guise de vœux, l’Insee apporte une nouvelle qui ne réjouira pas forcément les salariés français, car cette année, ils devront travailler un jour de plus par rapport à 2015. Rappelons qu’en mai dernier, les salariés ont bénéficié de quatre jours fériés.

L’explication est simple. En 2016, sur les 11 jours fériés, trois (les 1er et 8 mai, ainsi que le 25 décembre) tomberont un dimanche. 2017 démarrera donc aussi par un dimanche. Mais en plus, 2016 est une année bissextile. Ceux qui sont nés le 29 février pourront fêter leur anniversaire.

Selon l'Insee, ce sera 0,1 point de PIB en plus

Si les salariés ne profiteront pas de ces ponts, cette journée de travail profitera à la croissance comme le rappelle lInsee, citée par Le Figaro. En effet, avec 253 jours ouvrés, le PIB pourrait grimper de 0,11 à 0,16%.

Cette nouvelle devrait également ravir ceux qui, comme le Medef, proposent de supprimer deux jours fériés sur 11. Pour l’organisation patronale, ces suppressions permettraient de créer 100.000 emplois et faire gagner à la France un point de PIB. Et ainsi, la France s’alignerait sur le modèle allemand qui compte neuf jours fériés par an.

Pascal Samama