BFM Business

Emmanuel Macron veut supprimer les retraites chapeau

Emmanuel Macron veut revenir à un régime de droit commun et supprimer les retraites chapeau.

Emmanuel Macron veut revenir à un régime de droit commun et supprimer les retraites chapeau. - Miguel Medina - AFP

Le ministre de l'Economie a déclaré, mardi devant les députés, vouloir remplacer les retraites chapeau par un régime de droit commun "plus lisible".

Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, a fait savoir mardi qu'il souhaitait supprimer les retraites chapeau, sujettes à polémique en temps de crise.

"J'ai demandé avec (le ministre des Finances) Michel Sapin qu'une mission de l'Inspection générale des finances soit faite pour que (...) nous puissions trouver une vraie solution pour supprimer les retraites chapeau et les remplacer par un régime de droit commun plus lisible pour tous les Français", a-t-il déclaré devant les députés.

Il y a une semaine, Emmanuel Macron avait déjà abordé le sujet, cette fois à propos de la retraite complémentaire de Gérard Mestrallet, le PDG de GDF-Suez. Il avait ainsi fait savoir que l'Etat allait valider les conditions de départ du dirigeant, tout en les désapprouvant.

Nouvelle controverse autour de Didier Lombard

Lundi, c'est le traitement réservé à Didier Lombard, ex-dirigeant de France Télécom, qui a suscité une nouvelle controverse. La CFE-CGC a en effet déposé une plainte au pénal auprès du procureur de la République de Paris concernant la retraite chapeau versée à l'ancien PDG.

Dans un communiqué, le syndicat dit avoir conclu "au caractère illégitime, voire illégal, de la retraite chapeau perçue depuis 2011, pour un montant annuel de 346.715 euros, en sus de nombreux autres émoluments".

De nombreux précédents

Ce mardi devant l'Assemblée, le patron de Bercy a ajouté que l'Etat avait systématiquement voté contre "toutes les rémunérations chapeau" dans les conseils d'administration dans lesquels il est présent, ainsi que dans les assemblées générales d'actionnaires. Philippe Varin, ancien dirigeant de PSA Peugeot Citroën avait notamment renoncé l'an dernier à bénéficier de sa retraite chapeau qui avait fait polémique au moment où le groupe automobile rencontrait de grandes difficultés.

Une "manoeuvre de diversion" pour Pécresse (UMP)

C'est un sujet qui "concerne très peu de Français", a immédiatement réagi sur BFMTV Valérie Précresse, pour qui il s'agit d'une" manœuvre de diversion". Le tout, alors qu'un "Budget dévastateur" est en cours d'adoption à l'Assemblé nationale, selon la députée UMP.

Y.D. avec AFP