BFM Business

Coronavirus: cette société américaine annonce à ses salariés leur licenciement par visioconférence

Image d'illustration d'une réunion par a plateforme Zoom

Image d'illustration d'une réunion par a plateforme Zoom - Youtube-Zoom

Spécialisée dans les voyages d’affaires, la start-up américaine TripActions a vu son activité chuter avec la pandémie et a dû se résoudre à réduire ses effectifs. Mais la méthode utilisée pour annoncer à une centaine de salariés qu'ils étaient licenciés à partir du 1er avril à de quoi choquer.

En ces temps de confinement, les visioconférences sont devenues des outils indispensables pour garder le contact entre tous les salariés en télétravail. Mais l’une de ses réunions a tourné au cauchemar pour certains employés de TripActions, une start-up basée à Palo Alto, aux Etats-Unis. La semaine dernière un centaine d’entre eux, spécialisée dans l’assistance clientèle ou dans la satisfaction client, a été conviée par Ariel Cohen, le PDG de l’entreprise à une réunion via la plateforme Zoom, comme le relate le media Protocol.

Tout a commencé par un discours sur les difficultés rencontrées par l’entreprise spécialisée dans les voyages d’affaires avec l’épidémie de coronavirus. Elle a perdu 95% de son chiffre d’affaires ces trois dernières semaines. Puis l'allocution a pris un tournant inattendu. Ils ont appris que tous les salariés conviés étaient licenciés à partir du 1er avril.

Selon les témoignages recueillis par Protocol, cette annonce a été suivie de vives réactions : "Les gens pleuraient et les gens paniquaient", a déclaré un employé "C'était comme 100 vidéos différentes de chaos" a confié un autre. Ceux qui ont rejoint la visioconférence tardivement ont été encore plus choqués par l’ambiance et ont appris plus brutalement encore la nouvelle de leur licenciement. Tous les participants avaient été placés en mode “mute” pour éviter que leurs réactions et leur colère remontent aux oreilles du patron.

Pas de possibilité de réunion au bureau

Face aux critiques sur la méthode employée, TripActions s’est défendu en expliquant que cette annonce avait été faites à une seule catégorie de personnel et qu'il n'avait pas trop le choix en ces temps de confinement.

"Le faire par vidéoconférence est probablement le moyen le plus horrible de licencier quelqu'un, car vous devez avoir le courage de regarder quelqu'un dans les yeux lorsque vous le faites. Le faire sur Zoom était vraiment, vraiment mauvais. Mais pour l'instant, nous ne pouvions pas les amener au bureau" , a déclaré Ariel Cohen.

Tous les employés ont ensuite eu un entretien individuel avec leur manager. Le patron a aussi décroché son téléphone.

"J'ai appelé à peu près la moitié des personnes qui ont été licenciées et je me suis juste excusé. Il n'y a pas grand-chose que vous puissiez dire, et c'est un très mauvais processus" s'est-il défendu.

Au total, un tiers des salariés a été licencié, soit 300 personnes. Avec comme dédommagement 3 semaines de salaire et une assurance maladie valable jusqu’en juin. Et la promesse de réintégrer l’entreprise si la situation s’est améliorée d'ici là… si naturellement ces salariés ont gardé une quelconque confiance en cet employeur.

Coralie Cathelinais